Les Nouvelles
- bimensuelles -
  Yves Bourel vit depuis plus de 10 ans à St-Barthélemy. Journaliste professionnel, il a été rédacteur en chef des deux journaux locaux. Il collabore actuellement à Radio St-Barth où il s'occupe de l'actualité politique et présente les nouvelles 2 fois par mois pour St. Barth Online!
  16 Octobre 2001 - Numéro 7
space
  Une île plus propre
space
   C'est un projet essentiel qui donnera de Saint-Barth une image de modèle dans toute la Caraïbe en matière de traitement des déchets." En inaugurant le 25 août dernier la nouvelle usine d'incinération de Public, l'adjoint au maire chargé de l'environnement, Michel Geoffrin, a tenu à souligner les efforts de la municipalité en matière d'élimination des ordures ménagères et, plus globalement, de protection de l'environnement. Il n'est pas si loin en effet le temps, c'était à la fin des années 80, où les camions de la mairie déchargeaient des déchets mal brûlés sur l'actuel stade de Saint-Jean et où ils déversaient dans la mer les carcasses de voitures, à Petit Galet, près de l'hôpital. Conscient que l'île ne pourrait continuer à attirer ses visiteurs sans assurer une plus grande propreté des espaces, les autorités ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure et de lancer un "plan d'environnement" avec la mise en place d'une politique de tri et de collecte sélective par quartiers, l'achat d'un centre de tri pour le verre et l'aluminium et d'un broyeur pour les "déchets industriels banals" (pneus et plastiques). La nouvelle usine d'incinération est en quelque sorte la dernière pierre de ce plan et démontre à elle seule le caractère ambitieux du projet. Outre ses capacités nettement supérieures à celles de l'unité précédente (1,5t/h au lieu de 1t/h), elle présente en effet les particularités de respecter les normes européennes sur le traitement des fumées (les fumées noires que l'on avait l'habitude d'observer devraient désormais disparaître) et de permettre d'utiliser l'énergie dégagée pour produire de l'eau potable, une denrée rare et très précieuse à Saint-Barthélemy.
space
  Malgré un prix (plus de 53MF) et un coût d'exploitation (6MF/an) que certains ont jugé trop élevés, cette nouvelle usine a été bien accueillie ici dans la mesure où elle va permettre également de se débarrasser d'un certain nombre de déchets, comme les végétaux, dont les habitants et les socioprofessionnels ne savaient pas trop quoi faire jusqu'à présent.
space
  Tous les problèmes d'élimination des déchets ne sont pas réglés pour autant. Car si, à première vue, Saint-Barth semble propre, beaucoup plus que les îles avoisinantes en tout cas, à y regarder de plus près, il reste beaucoup de progrès à faire. C'est ce que l'on a pu constater, le dimanche 7 octobre, à l'occasion d'une matinée de nettoyage organisée par le quotidien local, le News. Une centaine de personnes s'était portée volontaire pour nettoyer les bords de route de tous les quartiers et comme on pouvait s'y attendre, les participants ont trouvé un tas d'objets qui n'avaient rien à faire dans la nature. En tête du hit parade, les canettes et bouteilles de bière ramassées par milliers mais aussi des scooters, des frigidaires, une machine à glaçons ou encore plus surprenant des toilettes! Bref, malgré la modernité des infrastructures, les pratiques du passé ont encore la vie dure et l'on ne peut qu'espérer que le travail de sensibilisation effectuée il y a quelques années, et récemment arrêté, se poursuive à l'avenir.

  A Bientôt,

  Yves Bourel


  Nouvelles Locales et Commentaires     Editoriaux-Archive     Guide du Visiteur  

© 1996-2001 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies