Les Nouvelles
- bimensuelles -
  Yves Bourel vit depuis plus de 10 ans à St-Barthélemy. Journaliste professionnel, il a été rédacteur en chef des deux journaux locaux. Il collabore actuellement à Radio St-Barth où il s'occupe de l'actualité politique et présente les nouvelles 2 fois par mois pour St. Barth Online!
  7 Novembre 2001 - Numéro 8
space
  Le mois de la Suède
space
   « Skål » (santé en suédois), c'est l'un des mots que l'on entendra le plus au Select dans les jours qui viennent. Novembre est devenu en effet, depuis plusieurs années, le mois de la Suède à Saint-Barth et les scandinaves aiment à se retrouver assis à une table du célèbre bar de Gustavia, à l'endroit même où le propriétaire des lieux, Marius Stakelborough, décida, il y a une vingtaine d'années, de tisser des liens plus étroits avec l'ancienne mère patrie.
space
  L'histoire de Saint-Barth est intimement liée à celle de la Suède. Ile française tout d'abord dont les premiers colons débarquèrent à la fin du XVIIème siècle en provenance de ce que l'on appelle aujourd'hui la métropole, Saint-Barth est devenu suédoise le 1er juillet 1784. Le roi Gustaf III souhaitait à l'époque faire jeu égal avec son voisin danois déjà implanté dans les îles vierges américaines. Il n'eu pas de mal à convaincre Louis XVI de lui céder ce pauvre territoire exigu en échange de deux entrepôts exemptés de taxes à Göteborg, un port de l'ouest de la Suède. Après un siècle de relative opulence marqué également par le passage de violents cyclones, une épidémie de fièvre jaune et un incendie destructeur à la Pointe de Gustavia, le gouvernement français racheta l'île le 10 août 1877 pour 80 000 francs. La Suède était ravie de se débarrasser d'une colonie qui lui coûtait bien trop cher et qui se trouvait désormais à l'écart de la route maritime des Etats-Unis.
space
  L'héritage suédois, longtemps oublié, est aujourd'hui symbole de prospérité et défendu avec dynamisme . Ses empreintes les plus visibles ont été laissés dans l'architecture de Gustavia, la capitale où résidait et travaillait les suédois. La mairie (où les drapeaux français et suédois flottent côte à côte), le Wall House (qui abrite le musée et la bibliothèque), le clocher suédois (près de la sous-préfecture) et le Brigantin (une ancienne maison de Gustavia classée monument historique, siège du consulat de Suède), en sont les plus beaux fleurons. Le plan de la ville a été dessiné par Samuel Fahlberg, un géomètre qui a donné récemment son nom à la rue qui longe le port devant l'église anglicane. Mais au delà des monuments, c'est le modèle suédois d'administration de l'île, notamment sa spécificité fiscale, qui domine l'actualité locale depuis plusieurs années. Les suédois ont fait de Saint-Barth un port franc le 16 avril 1785, un statut revendiqué haut et fort et qui justifierait à lui seul, pour certains, l'exonération fiscale dont bénéficie les habitants de l'île.
space
  Cette question laisse un peu indifférent les touristes suédois qui viennent de plus en plus nombreux visiter Saint-Barth. Pour eux, être à Saint-Barth en novembre c'est surtout fuir les premiers froids de l'hiver et apprécier, comme tous les visiteurs, le soleil, la plage et la cuisine française. C'est aussi participer au marathon suédois, une course de 12 km qui en est à son onzième édition, et dont l'arrivée sera jugée le 11 novembre devant le Wall House, à l'angle de la rue de Pitea, l'agglomération suédoise avec laquelle Saint-Barth est jumelée depuis 1979.
space
  A l'époque, Marius avait pris sa valise avec Daniel Blanchard, l'ancien maire de l'île, à la recherche d'une ville soeur le long de la Baltique. Là-bas, leurs amis les avaient accueilli avec beaucoup d'honneur. Ils furent même reçus, à Stockholm, par le Roi Carl Gustav XIV qui décora Marius de la médaille de Chevalier de l'Ordre Polaire, une distinction très prestigieuse dont le patron du Select est naturellement très fier. A Saint-Barth, on n'accorda alors guère d'intérêt à ce voyage dans ce pays lointain. Aujourd'hui, grâce à eux, les choses ont bien changé.

  A Bientôt,

  Yves Bourel


  Nouvelles Locales et Commentaires     Editoriaux-Archive     Guide du Visiteur  

© 1996-2001 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies