Vue d'Ici:
    Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
    Septembre 2004
space
     Voyage dans un champ de canne
space
Parfois je me retrouve à faire des choses inattendues ou auxquelles je n’aurais jamais pensé toute seule. Ces excursions sont en général des idées de mon mari et je m’y prête de bon cœur pour la paix du ménage (demandez-moi un jour de vous raconter "le weekend du meurtre inexpliqué", dans les Hamptons pour la St-Valentin…). C’est ainsi que cet été, il m’a suggéré un voyage express à Marie-Galante pour notre traditionelle virée estivale précédant notre voyage aux Etats-Unis pour le "Labor Day". Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une petite île, une dépendance proche de la Guadeloupe, dans laquelle on se rend par un petit avion ou par ferry. Notre amie Judy qui a une maison à Pointe Milou s’est jointe à notre équipée. Et quelle aventure ! En surfant sur le web, j’avais cru trouver un charmant petit hôtel sur la plage… bon d’accord, plutôt des bungalows. Le concepteur de leur site web devrait être primé dans le registre de l’alchimie, car il réussit très bien à faire prendre des vessies pour des lanternes. L’endroit était une sorte de camping amélioré, mais avec des serviettes (pas bien grandes, mais des serviettes), des toilettes et l’air conditionné. La pauvre Judy n’avait rien de tout cela et le ventilateur qu’on lui accorda était à programmation intégrée, et il s’arrêtait net au bout de trois heures, ce qui la réveillait pour qu'elle puisse le remettre en marche ! Une nuit, nous avons emprunté un ventilateur un peu plus complaisant à des amis et une demi-heure plus tard, il n’y avait plus de courant nulle part, et j’ai bien cru qu’on avait fait sauter tous les plombs. Mais la panne était générale, et ne semblait pas être de notre faute. Judy a finalement jeté la serviette , (du moins elle l’aurait fait si elle en avait eu une) et est partie passer la dernière nuit chez nos amis. En fin de compte , c’est nous qui avons utilisé le ventilateur car l’air conditionné donnait des signes de faiblesse, malmené par les sautes de courant. Qu’importe, la petite plage était charmante, et les vues sur l’océan très sympathiques (car bien sûr, les bungalows étaient construits en tournant le dos à la mer, allez comprendre…) et il y avait dans le jardin un restaurant tout simplement magique le soir, une déesse africaine y cuisinait des tas de mets délicieux dans une toute petite cuisine. Nous avons aussi dégusté d’excellents poissons grillés sur la plage. Un beau soir nous avons aussi trouvé par hasard l’un des meilleurs restaurants de l’île après avoir conduit sur des petites routes de campagne dans une jeep de location qui n’arrêtait pas de klaxonner de façon intempestive (il semble qu’elle était la voiture personnelle d’un homme qui nous attendait au parking du ferry en brandissant une pancarte avec notre nom, ce qui fait que nous n’avons jamais pu arriver jusque chez Hertz ou Avis). Mais le clou du voyage fut une ballade en char à bœufs avec Alex, le chauffeur de taxi qui est également le grand spécialiste sur l’île des chars à bœufs, et deux bœufs, Vérité et Doré. Cette expérience mériterait un article entier, mais je vais me limiter à raconter qu’avec Vérité, un jeune bœuf plutôt rétif, et une après-midi de dégustations variées, de mangues et de ti’punchs, de noix de coco fraîches (Alex grimpant comme une danseuse au tronc du cocotier en brandissant sa machette) et le jus de canne à sucre dégoulinant sur nos visages (car on continue de mâchonner la tige de la canne pour sa pulpe sucrée...) la sortie était vraiment superbe. Alex nous a fait promettre de ne pas tout raconter en détail, mais si vous souhaitez aller à Marie-Galante, je vous donnerai avec grand plaisir son numéro de téléphone. Nous sommes rentrés heureux mais fatigués avec des bouteilles de rhum des distilleries locales qui nous aideront à passer les longs mois d’hiver jusqu’à une excursion dans un autre paradis tropical l’été prochain !
    A Bientôt,
    Ellen Lampert-Greaux
  Nouvelles Locales et Commentaires   |    Archives    |   Guide du Visiteur