Vue d'Ici:
    Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
    Juin 2004
space
    « L’île par excellence ? »
space
    A ce sujet, je m’inquiète un peu pour Saint-Barth. Ces dernières semaines, des piles de magazines touristiques se sont amoncelées sur mon bureau, la couverture bardée de gros titres accrocheurs. Les « plus belles plages » des Caraïbes. Le « meilleur service hôtelier » de par le monde. Puis sont arrivés des rafales de mails en provenance d’une conférence sur le tourisme dans les Caraïbes. J’ai évidemment tout de suite cherché la liste des gagnants. Voici par exemple, la liste des îles favorites sélectionnées lors d’un sondage du Condé Nast Traveler : les Maldives, Bali, Majorque, l’île Maurice, la Sicile, les Seychelles, le Sri Lanka, la Barbade, Langkawi, Cuba, Ste-Lucie, la Sardaigne, Phuket, la Corse, Santorin, Capri, Zanzibar, la Crête, les Bahamas, et Chypre. Classées de 1 à 20. Mais où donc est St-Barth ? Cette liste des îles au sommet de la gloire a été établie selon des notations attribuées par les lecteurs sur des critères tels que les installations, l’écologie, la sécurité et le meilleur rapport qualité-prix. D’une façon ou d’une autre, on ne fait pas l’affaire. Egalement publiée, la liste des 50 meilleurs hôtels dans le monde. Devinez quoi ? Aucun hôtel de St-Barth sur cette liste. Ni dans la sélection annuelle des meilleurs spas, dois-je le dire, alors que certains établissements d’autres îles comme les Bermudes, la Barbade, les Îles Vierges britanniques, la Jamaïque et les Turks & Caïcos y figurent. Qu’est-ce qui se passe ? J’ai même regardé dans un autre magazine la carte des plus belles plages des Caraïbes. Saint-Barth n’était même pas localisée. Mince alors ! Puis je suis tombée sur le prix du management environnemental attribué en 2004 à deux hôtels de la Jamaïque : Sandals Inn (Montego Bay) et Beaches Boscobel Resort and Golf Club (Boscobel). Et Cap Juluca, à Anguilla, était primé dans un autre palmarès de magazine comme l’hôtel offrant le meilleur service. Cerise sur le gâteau, Mimi Gratton de l’Anguilla Hotel and Tourism Association (AHTA) et Susan Springer de l’Hotel and Tourism Association de la Barbade reçurent les honneurs pour leur excellente direction d’hôtel de la Caraïbe. D’accord, on peut toujours dire que St-Barth ne recherche pas ce genre de choses. Peut-être d’ailleurs avons-nous remporté la palme de ces catégories dans le passé, ou peut-être ne faisons-nous pas partie de ces associations d’hôtels. Ou peut-être même que nos visiteurs ne lisent pas ces magazines. Quoi qu’il en soit, cela me fait réfléchir. Est-ce qu’il se passe quelque chose de bizarre ici ? Faut-il s’en inquiéter ? Sur une île qui dépend tant du tourisme, et encore plus dans les années à venir où nous devrons affronter d’autres contraintes budgétaires, pourquoi ne sommes-nous pas les plus sexys, les plus dynamiques et les meilleurs cette année ? Peut-être que l’Eden Rock va tous les surpasser quand il aura terminé son intégration du Filao Beach et créé un nouvel établissement. Ou le nouveau spa du Guanahani va t’il remporter la palme haut la main. Mais j’ai l’impression que le problème est plus profond que cela. Peut-être devrions-nous remettre en jeu notre auto-proclamation d’ « Île par excellence » et réfléchir. En quoi sommes-nous si bons ? Et qu’est-ce qu’un visiteur peut réellement trouver d’excellent sur cette île ? Peut-être faut-il tout simplement mettre ce slogan en veilleuse et en trouver un autre qui colle un peu mieux à l’âme et à l’esprit des lieux. Et en allant à la recherche d’une nouvelle devise, peut-être nous retrouverons-nous.
    A Bientôt,
    Ellen Lampert-Greaux
  Nouvelles Locales et Commentaires   |    Archives    |   Guide du Visiteur