Vue d'Ici:   Ellen Lampert-Greaux, d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
  Juillet 2000
space
  Tout est dans la Famille
space
  Flamands est l'un des quartiers les plus authentiques de Saint-Barthélemy. En partie parce qu'il n'a pas beaucoup changé durant toutes ces années, et aussi parce qu'il est l'un des derniers endroits sur l'île où l'on vit encore entre soi. Et le fait qu'au moins la moitié des familles qui vivent là font partie du clan Gréaux (allez voir dans le botin téléphonique local combien vous trouvez de Gréaux!) ajoute encore à l'impression d'intimité du lieu.
space
   En fait, la première fois que je suis venue à St-Barth avec mon amie Nancy, nous sommes allés à la plage à Flamands. C'était l'un de ces jours bénis de St-Barth avec trois petits nuages dans le ciel et presque personne sur la plage, bien que nous soyons début décembre. Le soleil tapait fort, et à un moment donné, nous eûmes besoin d'acheter des bouteilles d'eau. Je me suis souvenue de ce petit magasin sur la route, aussi nous fîmes demi-tour et il était ouvert. Tout le monde avait l'air de se connaître, ils étaient tous accoudés au comptoir à discuter. Des charmantes petites dames aux cheveux gris, les pieds nus et de jolis chapeaux de paille ornés de rubans de couleur. Quelques gosses avec une canette de Sprite ou d'Orangina. Un homme qui chargeait des caisses d'eau dans sa voiture. Bizarrement, personne ne payait quoi que ce soit. Ils venaient discuter et puis ils repartaient. Pas de tiroir-caisse en vue. Était-ce un magasin d'entreprise? Une antenne familiale? Est-ce que je peux acheter de l'eau, demandai-je? Mais, bien sûr, of course.
space
  Trois ans plus tard, après m'être alliée moi-même au clan Gréaux, je découvris le secret de cette petite boutique. Elle s'appelle l'épicerie Sainte-Hélène. L'île où Napoléon Bonaparte fut envoyé en exil? Quel rapport pouvaient bien avoir Sainte-Hélène et Saint-Barthélemy, me demandai-je. Et bien je ne fus pas longue a découvrir que le propriétaire du magasin s'appelait Napoléon Gréaux... ceci explique cela. Mais il restait le mystère de l'argent. Pour faire court, beaucoup des habitants du quartier ont un compte au magasin. Achetez maintenant, la somme sera inscrite au feutre magique noir dans un petit carnet à votre nom, et vous payerez à la fin du mois. Si mon mari a fait ça pendant les 25 dernières années de sa vie, vous pouvez imaginer combien de carnets cela représente (offerts par la maison, je suppose...)
space
   Le premier propriétaire du magasin était le père de Napoléon, Lionel (ils ont tous des surnoms comme TocToc, Boulon..., mais c'est une autre histoire). Le fils de Napoléon, Honoré, a récemment repris la partie boulangerie de l'affaire, mais pendant les 65 dernières années, le boulanger était un homme du nom d'Antoine Gréaux. Il a commencé a pétrir le pain à l'âge de 12 ans, à l'époque où l'on cuisait le pain dans un grand four à bois. Ce mois-ci, il a célébré avec sa femme Marie ses cinquante ans de mariage. Quelques semaines auparavant, un autre couple de Flamands, André et Julienne Gréaux, avaient également célébré leurs propres noces d'or, entourés de la plupart de leurs douze enfants et treize petits-enfants. Un autre couple va fêter le même événement dans quelques jours.
space
  Maintenant tout ce qu'il nous reste à découvrir, c'est le secret de longévité des Gréaux...

  A Bientôt

  Ellen Lampert-Greaux


Nouvelles Locales et Commentaires Editoriaux-Archive Guide du Visiteur

© 1999 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies