Vue d'Ici:

Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline et est la rédactrice en chef du Harbour Magazine pour Saint Barth et Saint Martin. Lorsqu'elle n'organise pas le Festival du Film Caraïbe de Saint Barth, ou qu'elle écrit pour différents magazines comme Live Design, MACO et All At Sea, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.

   Janvier 2009

Art à St-Barth

Ce n’est peut-être pas évident pour le visiteur fortuit, mais St-Barth est une ruche d’activités artistiques. En plus des peintres locaux qui immortalisent les petites cases St-Barth ou peut-être les bateaux dans le port, il semble y avoir également un solide courant d’artistes visiteurs qui exposent leurs travaux dans différents lieux sur l’île. La galerie Porta 34 à Gustavia, qui pour des raisons inexpliquées a longtemps été appelée la Bank of Bagdad, propose actuellement une série d’expositions d’artistes venus d’ici et là. Juste dans la rue au-dessus, La boutique des Artisans est à la fois une bijouterie et une galerie d’art où sont exposées en permanence les œuvres de plusieurs artistes dont les toiles d’Alain Le Chatelier, un peintre français vraiment surprenant. Il peint avec un sens du réalisme en perspective et je suis impatiente de découvrir quel sera le thème de son exposition qui débutera le 6 février. Parmi les artistes qui ont récemment exposé leurs œuvres, Raimundo Figueroa venu de Porto Rico a exposé une série de peintures et de dessins appelés Les Forces Vitales dont l’intention est de vouloir susciter chez le spectateur un sentiment de tranquillité, d’espoir et d’éternité. L’élément original de cette exposition était sa présentation à l’église anglicane de Gustavia pour plusieurs raisons, principalement parce que le révérend Charles Vere Nicholl souhaite accueillir dans l’église une plus grande partie de la communauté en présentant des projets différents culturels. Figueroa souhaitait faire un geste pour les enfants de l’île et son exposition a été l’occasion de reverser  10% du montant des ventes de ses toiles à la nouvelle association Avenir Plus dont la vocation est de développer des projets pour la jeunesse de l’île. Les peintures, avec de larges formes abstraites noires sur des fonds blancs étaient étonnamment accrochées sur les murs extérieurs de l’église éclairés par des lumières venant du sol et mettant en valeur l’architecture du bâtiment et les tableaux.
L’exposition s’est ensuite installée à la galerie To B. Art (derrière Hermes à Gustavia) et mérite une visite. L’une des actrices et agitatrices de la scène artistique locale est une jeune conservatrice nommée Valentine de Badereau qui a récemment ouvert une galerie dans le hall d’entrée du Tom Beach hôtel. Elle organise aussi des évènements ailleurs dans l’île telle dans une petite galerie au Carré d’Or à Gustavia où elle présente actuellement l’exposition de huit photos prises dans les ruines d’Autour du Rocher, l’unique discothèque de Lorient (qui va bientôt devenir une maison privée m'a-t-on dit). Ces photos sont de Camilla Langoux, jeune femme vivant à St-Barth et l’exposition s’intitule « A la recherche du temps perdu » pour reprendre le titre du célèbre roman de Marcel Proust. Son travail évoque un sens de la mémoire, de l’enfance, de l’innocence. L’artiste a su capter une certaine beauté avec la mer autour des ruines par exemple, comme si elle ajoutait un voile de fiction sur la réalité.

Alors, gardez l’œil ouvert, vous ne savez jamais où l’art peut bien s’exposer au cours d’une visite de l’île ou d’un séjour shopping. Évidemment, l’île elle-même est un magnifique paysage qui continuera à inspirer les artistes s’efforçant de capter sa beauté.

A bientôt,

    Ellen Lampert-Greaux

| Archives | Guide du Visiteur