Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
D’origine bordelaise, Cécile Lucot s’est installée à St-Barth en 1995. Après avoir collaboré au St-Barth Magazine pendant six ans, elle a travaillé pour le quotidien d’informations locales Today. Elle est actuellement rédactrice en chef du magazine de la Famille Les Enfants de St-Barth et présente une à deux fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des quinze derniers jours.
6 octobre 2008 - #95

Michel Magras sénateur

Michel MagrasLa loi organique du 22 février 2007 instituant la collectivité d’outre-mer de St-Barthélemy prévoyait la représentation nationale de la COM. À l’occasion du renouvellement du tiers du Sénat, l’élection du sénateur de St-Barth s’est déroulée le 21 septembre. Seul candidat à se présenter, Michel Magras, frère du Président de la collectivité, troisième vice-président et ancien conseiller Général de Guadeloupe a été élu sans surprise. Le collège des vingt grands électeurs composé des 19 conseillers territoriaux et de Victorin Lurel président du conseil général de Guadeloupe et député du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale a élu le conseiller exécutif en charge des affaires portuaires et sportives 18 voix contre 20. Agé de 54 ans Michel Magras a pris l’avion le lendemain pour Paris afin de rejoindre le palais du Luxembourg où siègent les 343 sénateurs. Soutenu par Victorin Lurel, il a rejoint le groupe des sénateurs UMP et a fait ses débuts dans sa fonction sénatoriale. Après avoir rencontré plusieurs hommes politiques tels Jean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher maire UMP de Rambouillet, tous deux candidats à la présidence du Sénat ainsi que Yves Jégo secrétaire d’état à l’outre-mer, il a siégé pour la première fois dans l’hémicycle le 1er octobre, jour d’élection du nouveau président du Sénat destiné à remplacer Christian Poncelet. Michel Magras, qui a demandé une mise en détachement de son poste de professeur au collège Mireille Choisy pour assurer pleinement cette nouvelle fonction politique, devrait être de retour sur l’île le 8 octobre.


Élection des membres de la chambre économique multiprofessionnelle

Président de la commission de constitution de la chambre économique multiprofessionnelle, le conseiller territorial Maxime Desouches a annoncé l’organisation de l’élection des membres de la nouvelle institution le 8 novembre.
La création de cette chambre économique multiprofessionnelle est destinée à se substituer aux organismes installés en Guadeloupe (chambre de commerce et d’industrie, chambre des métiers et autres organismes consulaires auxquels sont inscrits les résidents de St-Barth). Les élus ont décidé de la création de la chambre économique multiprofessionnelle de St-Barth dans une délibération prise au cours du conseil territorial du 20 décembre 2007. Sa principale mission est « de contribuer au développement économique du territoire… en créant un centre de formalité des entreprises, un service d’accueil et d’appui des entreprises et un service de formation professionnelle ». Les ressources de cette chambre sont en grande partie constituées par la contribution annuelle des entreprises collectée par la COM pendant le premier trimestre 2008.
Lors d’une réunion le 25 septembre, Maxime Desouches a expliqué qu’après avoir recoupé les fichiers fournis par le greffe du tribunal de commerce, la CCI et la chambre des métiers, 5634 lettres avaient été envoyées aux entreprises inscrites à ces organismes pour l’inscription sur la liste électorale. 39% des correspondances ayant été retournées en raison d’une anomalie d’adressage, après vérification des coordonnées et renvoi des courriers, tous calculs confondus, 3939 entreprises constituraient donc le tissu économique des entreprises exerçant réellement une activité à St-Barthélemy. Au final, 803 entreprises ont retourné la fiche d’inscription, un nombre de réponses qui a permis de constituer la liste électorale de la future chambre. En fonction des 5 collèges désignés par les élus et répartis en commerce, industrie, professions libérales, services et métiers, la commission a ensuite calculé le poids de chaque catégorie en tenant compte du nombre d’entreprises et du nombre de salariés dans chaque secteur pour arriver à déterminer un nombre de sièges pour chacun : 4 pour les services, 3 pour le commerce, 3 pour les métiers, 1 pour les professions libérales et 1 pour l’industrie.
Le 8 novembre prochain, les 803 électeurs éliront donc leurs représentants, les 12 premiers membres de cette nouvelle chambre économique multiprofessionnelle de St-Barthélemy.

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur