Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D’origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement reporter pour le quotidien d’informations locales Today et collabore régulièrement avec divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical. Cécile présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des 15 derniers jours.
  1 juillet 2005 - #45

Visite rassurante du nouveau ministre de l'Outre-mer aux Antilles

François Baroin, 40 ans le 21 juin, a été nommé ministre de l'Outre-mer suite au remaniement ministériel effectué par Jacques Chirac après les résultats du référendum demandant aux français d'approuver la future constitution européenne. Ancien ministre, député et vice-président de l'Assemblée nationale, il a pris ses fonctions rue Oudinot à Paris vendredi 3 juin, accueilli par Brigitte Girardin qu'il connaît bien. En poste à l'Outre-mer depuis 2002, la jeune femme reste au gouvernement et a été nommée ministre déléguée chargée de la coopération, du développement et de la francophonie. La nomination d'un nouveau premier ministre, Dominique de Villepin et d'un nouveau gouvernement qui compte 31 membres contre les 40 du précédent est la conséquence du « NON » sans appel des électeurs français le 29 mai dernier qui ne souhaitaient pas que la France ratifie le traité établissant une constitution européenne. Contrairement au résultat national, St-Barth a voté « OUI » à 70,9% samedi 28 mai. En effet, comme pour les élections régionales, en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane le vote avait été organisé la veille du scrutin national afin d'éviter que les votants connaissent les résultats avant d'aller aux urnes. Dans notre île, 1577 personnes, soit 38% de la liste électorale, sont allées voter et une centaine de procurations a été prise en compte, respectant ainsi les consignes du maire et du conseiller général qui s'étaient exprimés en faveur du « OUI ».

Jusqu'au mois dernier, il était prévu que le projet d'évolution de l'île soit examiné avant la fin de l'année en conseil des ministres puis revienne devant le Sénat pour être ensuite étudié par le Parlement. L'objectif était que la nouvelle collectivité d'Outre-mer de St-Barth puisse être mise en place courant 2006. La commission des lois du Sénat a examiné le 10 mai le rapport remis par son président Jean-Jacques Hyest (UMP, sénateur de Seine et Marne), Christian Cointat (UMP sénateur des français établis hors de France) et Simon Sutour (PS, sénateur du Gard), trois sénateurs qui constituaient la délégation venue en Guadeloupe, à St-Martin et à St-Barth du 9 au 14 décembre 2004 pour une mission d'information. Ce rapport intitulé « L'avenir statutaire de Saint-Barthélemy et Saint-Martin : le choix de la responsabilité » dresse un bilan de la situation telle qu'elle est apparue aux sénateurs. D'après le document mis en ligne sur le site du sénat, au cours de la discussion, Jean-Jacques Hyest a indiqué que la révision constitutionnelle du 28 mars 2003 avait instauré la catégorie des collectivités d'outre-mer afin de permettre au législateur de donner à certains territoires un statut « à la carte », plus adapté à leurs particularités que celui de territoire d'outre-mer en vigueur auparavant. Seul sénateur de la commission à avoir exprimé son désaccord, Michel Dreyfus-Schmidt (PS) considérait que l'accession de St-Barth et St-Martin au statut de COM, représentée chacune par un député et un sénateur, n'était pas une solution pertinente.

Après l'annonce du départ de Brigitte Girardin du ministère de l'Outre-mer, beaucoup étaient inquiets quant à la continuité du processus d'évolution statutaire de l'île, un dossier préparé et porté par les services du ministre, à l'étude devant le Conseil d'état et la commission des lois du Sénat le mois dernier. Ces inquiétudes ont été apaisées après la visite de François Baroin les 18 et 19 juin en Guadeloupe, juste quinze jours après sa prise de fonction. Bruno Magras, qui avait demandé une audience au nouveau ministre de l'outre-mer avant même de savoir que celui-ci serait en déplacement en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique, a pu le rencontrer dimanche 19 juin. François Baroin l'a rassuré sur sa volonté de ne pas vouloir freiner le processus d'évolution engagé. Il lui a expliqué que le texte global sur l'Outre-mer allait être modifié puisque le projet de loi organique sur la Polynésie ayant été contesté par Oscar Temaru son président, celui-ci avait demandé que le dossier soit mis de côté et repoussé à plus tard. Un retard qui ne devrait pas concerner le texte du projet d'évolution de St-Barth qui continuera à être présenté dans les meilleurs délais aux différents ministères.

space

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur