Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D’origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement reporter pour le quotidien d’informations locales Today et collabore régulièrement avec divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical. Cécile présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des 15 derniers jours.
  27 mai 2005 - #43
  Le festival de théâtre de Saint-Barth
space

Dernière manifestation culturelle de la saison, le festival de théâtre dont la quatrième édition s’est déroulée du 3 au 13 mai. L’événement est orchestré par Nadège Emmanuélian co-fondatrice et metteur en scène de la troupe de théâtre SB Artists. D’horizons variés, tous résidents sur l’île, neuf femmes rejointes depuis cette année par deux hommes constituent cette troupe d’amateurs qui existe depuis sept ans. Faute de vraie salle de spectacle dans l’île, un besoin pourtant exprimé par l’ensemble des associations culturelles mais que la municipalité n’a pas encore réussi à satisfaire, la troupe bénéficie de la gentillesse de quelques bienfaiteurs qui lui permettent se produire. Ambiance sable et plage au tout début de la création de la troupe il y a sept ans avec des représentations sur la plage de l’Eden Rock où des bancs avaient été installés devant une mini scène improvisée. Les années suivantes, la troupe a pu répéter et se produire au Café Café à Lurin et pour la deuxième année consécutive Loulou Magras leur a prêté la Bagdad Galerie à Gustavia. Cette édition, les artistes se sont également produits au Glacier Show à St-Jean, au-dessus de la Villa créole pour un spectacle qui a accueilli petits et grands. Le programme a conquis un public varié. Nadège Emmanuélian avait invité une compagnie parisienne « Les Goulus » et son fondateur Jean-Luc Prévost qui ont présenté trois spectacles humoristiques et des déambulations. Pour la première de leurs déambulations, « Les Goulus » se sont promenés parmi le public venu assister à la dernière soirée du festival du cinéma sur le plateau de l’AJOE. Déguisés en Dupond et Dupond, les policiers gaffeurs des aventures de Tintin et Milou, les acteurs ont interpellé au hasard, avec humour, quelques spectateurs avant la projection du film. L’année dernière, ils avaient déambulé dans les rues de Gustavia, habillés en marquis façon Monty Python, en Bacchus, en Cupidon ou bien en araignée géante. Autre troupe invitée du festival, « Les Déplacés » une compagnie guadeloupéenne qui a joué « Ton beau capitaine » une pièce écrite par Simone Schwarz-Bart et interprétée par l’acteur d’origine Haïtienne Ruddy Sylvaire. La pièce évoque l’exil, la solitude et les blessures de la séparation forcée d’un couple. Quant à SB Artists, la troupe a présenté six pièces dont les dialogues de certaines ont été librement adaptés par les artistes eux-mêmes, des pièces écrites par différents auteurs tels que Ribes, Tardieu, Foissy, Grumberg, Millot et Kressmann Taylor. Un mélange de textes drôles, parfois cyniques, d’autres véritablement dramatiques, qui ont tous comme point commun de vouloir montrer les travers de notre société. Les spectacles ont fait salle comble, une cinquantaine de personnes à chaque représentation. Eu égard le prix modique des places et les moyens mis en œuvre pour l’organisation de la manifestation, les recettes ne suffisent pas à couvrir les dépenses. Il faut toute l’ingéniosité de Nadège et le sens pratique de Martine la présidente de l’association SB Artists pour arriver à équilibrer le budget. Malgré ces problèmes financiers inhérents à la plupart des manifestations culturelles, Nadège est fermement motivée à pérenniser l’événement avec une cinquième édition l’an prochain. Elle réfléchit déjà aux textes que sa troupe présentera, peut-être du Feydeau ou du Sacha Guitry pour changer d’ambiance.

  Un marin sans bateau

Philippe Renauld était le propriétaire de Do, un voilier qui s’est échoué sur la caye de la baie de St-Jean dimanche soir 1er mai. Les dégâts étant trop importants, le bateau a été tracté jusqu’à Public puis découpé en morceaux avant d’être incinéré le 6 mai. Avec la perte de son bateau, sa maison depuis 1991, Philippe voit un rêve se briser. Depuis plus d’un an, il préparait sa navigation à destination de l’océan Pacifique. Un périple dont le départ était fixé au lendemain matin du soir de son échouage. Skippeur professionnel, il avait décidé d’arrêter de travailler il y a un an pour mieux préparer son voyage dans lequel il avait mis toutes ses économies. Sans un sou en poche, sans bateau, Philippe est amer. Il reconnaît avoir eu la chance d’être aidé par de nombreuses personnes et il les remercie mais pour démarrer un nouveau projet, il a besoin de la générosité de tous. Deux boites où déposer les dons ont été installées, l’une au Shipchandler du Port Franc à Gustavia et la seconde à la réception de l’hôtel Village St-Jean. Pour aider Philippe vous pouvez également contacter Catherine Charneau, une amie de longue date.

space

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur