Les Nouvelles
- bimensuelles -
  Yves Bourel vit depuis plus de 10 ans à St-Barthélemy. Journaliste professionnel, il a été rédacteur en chef des deux journaux locaux. Il collabore actuellement à Radio St-Barth où il s'occupe de l'actualité politique et présente les nouvelles 2 fois par mois pour St. Barth Online!
  4 septembre 2002 - Numéro 24
space
  Un discours musclé
space
   Un grand coup de gueule. C'est ce qu'a servi au public présent à l'hôtel de ville, le maire de Saint-Barthélemy lors des traditionnels discours du 24 août, jour de la fête patronale. Objet de l'irritation de Bruno Magras : l'augmentation de la petite délinquance au premier semestre de l'année.
space
  Le maire de la commune a expliqué dans un ton ferme-par principe les allocutions du 24 août ont pour but de marquer les esprits- qu'il n'était pas question de mettre en danger la réputation de l'île. « Je n'entends pas laisser se développer dans notre île l'anarchie et encore moins contribuer à la réalisation de petites zones de non droit où certains pourraient faire ce qu'ils veulent quand ils veulent à l'abri du regard des responsables, a-t-il souligné tout en regrettant que la majorité des infractions soit commis «par des petits malfrats bien de chez nous. »
space
   Si les principales cibles des élus sont les jeunes dealers d'herbe, le maire a aussi stigmatisé l'attitude de nombreux parents incapables, selon lui, de remplir leur rôle à la maison et qui préfèrent se débarrasser de leurs enfants en leur offrant des scooters avec lesquels ils peuvent aller dans « des surboums fumer de la marijuana ». Autres personnes visées, les loueurs de maisons qui hébergent « sans contrat et sans aucune garantie de paiement » des gens venus de l'extérieur qui « rêvent de paradis après avoir vu un reportage et qui souvent terminent leur parcours soient comme trafiquants en tous genres soient au centre d'action social pour demander une aide au retour. » Enfin, les hôteliers et restaurateurs ont en pris aussi pour leur grade accusés « d'employer du personnel de Saint-Domingue ou d'Haïti parce que ceux-ci ignorent totalement les règles du droit social. »
space
   Ce réquisitoire s'est achevé par un appel du pied à l'Etat, le maire demandant au sous-préfet de l'aider à obtenir une augmentation des effectifs de la gendarmerie, ceux-ci étant restés stables (il y a six gendarmes à temps plein aidés de trois gendarmes mobiles) depuis vingt ans malgré le doublement de la population.
space
   Si le représentant de l'Etat a pris bonne note de la revendication du premier magistrat de la commune, il n'en a pas moins tenu à relativiser l'augmentation constatée, l'imputant notamment à l'activité de la gendarmerie depuis l'arrivée du nouveau commandant de brigade, l'année dernière. Si les chiffres sont en forte hausse, selon le sous-préfet, c'est en partie en raison d'un travail plus conséquent réalisé par les gendarmes.
space
   Un point important à souligner parce que l'on a eu soudain l'impression, en ce jour de fête, que Saint-Barth était devenue une terre d'insécurité. Ce qui est loin d'être le cas. L'île reste encore l'un des rares endroits au monde où l'on a pas à s'inquiéter pour sa sécurité, un sentiment et une réalité qui explique d'ailleurs son succès comme destination touristique.
space
   Après cette matinée de cérémonie officielle, c'était l'heure de la détente. La soirée s'est déroulée dans la bonne humeur avec, pour la première fois, l'élection de Miss Saint-Barth. Après deux passages en maillot de bain et en tenue de soirée, c'est finalement une jeune fille de Gustavia, Brithalia Magras, qui a été élue Miss Saint-Barth sous les applaudissements des très nombreux spectateurs venus encourager les six candidates en lice. La nuit s'est terminée tard en musique. Le lendemain, la population a pris la direction de Corossol pour la fête du quartier, la dernière d'un mois chargé de festivités. Et maintenant tout le monde a désormais la tête occupée par la rentrée. Cette semaine, en effet, comme partout en France, les 1200 élèves de Saint-Barth reprennent le chemin de l'école.
space

  A Bientôt,

  Yves Bourel


  Nouvelles Locales et Commentaires     Editoriaux-Archive     Guide du Visiteur  

© 1996-2002 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies