Les Nouvelles
- bimensuelles -
  Yves Bourel vit depuis plus de 10 ans à St-Barthélemy. Journaliste professionnel, il a été rédacteur en chef des deux journaux locaux. Il collabore actuellement à Radio St-Barth où il s'occupe de l'actualité politique et présente les nouvelles 2 fois par mois pour St. Barth Online!
  12 novembre 2002 - Numéro 27
space
  Maîtriser le développement
space
   La maîtrise du développement est une des préoccupations principales des élus depuis une vingtaine d'années. Ils se sont en effet très vite aperçus que l'exiguïté du territoire ne permettrait pas de satisfaire les très nombreuses demandes de permis de construire. Des demandes d'autant plus importantes que l'île est devenue à la mode, que les visiteurs et les résidents à l'année, attirés par le charme et la qualité de vie, se sont faits chaque année plus nombreux (la population a doublé en 20 ans pour atteindre 7000 habitants aujourd'hui) et que les saint-barths « d'origine », longtemps obligés de vivre dans la misère et de s'expatrier pour travailler, ont compris que la vente de terrains et la location de maisons et de boutiques pouvaient être une source substantielle de revenus.
space
  Pour donner une idée de l'ampleur du phénomène, environ 2800 permis de construire ont été accordés en 20 ans à Saint-Barthélemy et plus de 300 000 m2 de construction ont été autorisés ces dix dernières années. Des chiffres faramineux pour une île de 25 km2 et qui traduisent bien une pression immobilière constante.
space
   Après une première tentative de réglementation au début des années 90 (la population consultée se prononça contre la mise en place d'un plan d'occupation des sols), un document d'urbanisme a été finalement adopté en 1998. Le MARNU (modalités d'application du règlement national d'urbanisme) a recherché un équilibre entre les zones constructibles (40% de la superficie de l'île) et les non constructibles . Bien que plusieurs habitants l'aient attaqué devant les tribunaux et que de nombreuses demandes de déclassement de parcelles aient été faites, le MARNU a permis d'avoir une vision plus claire en matière de permis de construire tout en permettant de réguler quelque peu la construction (environ 150 permis sont accordés chaque année pour plus de 200 demandes) ..
space
   Conformément à la loi, après quatre années d'existence, le MARNU arrive à expiration cette semaine et le débat est de nouveau d'actualité.
space
   Le conseil municipal, réuni le 30 octobre, s'est prononcé cette fois-ci, pour l'élaboration d'un plan local d'urbanisme, un document qui permettra aux élus d'avoir une totale autorité sur le sujet, les permis devant être signés par le maire lui-même et non par le représentant de l'Etat comme c'était le cas jusqu'à présent. Ce plan d'urbanisme ira également plus loin dans l'organisation de la construction avec notamment l'obligation de respecter des règles d'architecture. Une réglementation plus rigoureuse que les élus devront, une fois encore, bien expliquer s'ils veulent arriver à l'appliquer à une population attachée becs et ongles à la défense de sa propriété privée.
space
   Une large concertation est d'ores et déjà prévue tout au long de la procédure d'élaboration du nouveau plan et les élus, conscients des obstacles qu'ils risquent de rencontrer, ont d'ailleurs souligné qu'ils pourraient changer de fusil d'épaule s'il s'avérait inadapté au contexte local.
space
   Une position qui s'explique aussi par la volonté des élus de ne pas trop fâcher les électeurs de l'île qui auront également à se prononcer, mais cette fois-ci par référendum, sur le grand dossier de la municipalité actuelle, celui de l'évolution statutaire et de la transformation de Saint-Barthélemy en collectivité d'outre-mer détachée de la Guadeloupe.

  A Bientôt,

  Yves Bourel


  Nouvelles Locales et Commentaires     Editoriaux-Archive     Guide du Visiteur  

© 1996-2002 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies