Vue d'Ici:   Ellen Lampert-Greaux, d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
  Novembre 2001
space
  Deux hommes dans un bateau
space
   En fait, ce seront deux hommes dans deux bateaux qui représenteront l'île de Saint-Barthélemy pour la sixième édition de l'AG2R, une formidable course transatlantique qui s'élance à la mi-avril.
space
  Bien qu'avril semble encore à des mois de là, sur place, les organisateurs de la course sont déjà en plein travail même si on n'en parle pas encore beaucoup, et les quatre courageux coureurs de l'île (on se demande quelle combinaison de leurs gènes peut les pousser à faire une chose pareille) - Christian Deredec, Markku Harmala, Jeff Lédée, and Luc Poupon - s'entraînent dur pour relever le défi. Deux des quatre, Poupon et Harmala, ont déjà participé à cette course qui a lieu tous les deux ans, et cette année chacun s'est associé à un non-initié, tablant peut-être sur la chance qui sourit aux innocents. Poupon, un navigateur français émérite, tentera sa chance avec Lédée, à la fois surfeur de talent et bon régatier, et le seul St-Barth de souche du lot (Deredec vient également de France métropolitaine, et Harmala est un marin finnois tailleur de voiles qui vit désormais à Saint-Barth, mariée à une fille de l'île).
space
   La course part de Lorient en France, où nos héros îliens peuvent devoir affronter un froid glacial en avril, les contraignant à s'équiper de bonnets, de gants et autres harnachements contre le mauvais temps dont ils n'ont aucune utilité d'habitude. Ils partiront continuer de s'entraîner en France dès le mois de février pour ne pas risquer d'être surpris par les grands froids. Ensuite, ils pourront s'installer dans leur petit voilier plutôt inconfortable de 10 mètres de long, emportant juste assez de nourriture et d'eau pour traverser l'Atlantique. Mais savoir ce qu'est "juste assez", voila la question à 100 millions d'euros, car la grande inconnue justement, c'est combien de temps va prendre la course. Tout dépend du vent, et il n'y a pas au monde de chose plus imprévisible. Les vainqueurs du passé ont pu traverser en 18 jours comme en 24, et la préparation psychologique nécessaire à affronter un mois entier en mer doit être énorme. "Je n'aurais jamais pensé refaire une traversée," reconnaît Harmala, qui a participé à la dernière édition de la Transat en l'an 2000, aux côtés d'un autre îlien de souche, Richard Lédée. Mais son goût de l'aventure a été le plus fort, et depuis il s'entraîne jour et nuit avec Deredec, un marin expérimenté qui a déjà plusieurs fois traversé l'Atlantique. "C'est surtout le meilleur navigateur de toute l'île", précise Harmala. Nous pourrons juger de ces talents-là au milieu de l'Atlantique ou un petit rien fait toute la diffˇrence et peut permettre de remporter la victoire ou de la perdre.
space
  C'est la première fois dans l'histoire de cette course que deux bateaux de l'île vont s'affronter aux plus grands noms de la course au large du moment. Les deux bateaux, Saint-Barth Assurances et Ile de Saint-Barthélemy, sont sponsorisés par la commune aussi bien que par une armarda de donateurs privés. Et qu'ils arrivent premier ou dernier, à trois heures de l'après-midi ou à trois heures du matin, vous pouvez être sûrs que les résidents seront là en masse pour accueillir comme il se doit les marins de l'île à leur entrée dans le port de Gustavia.
space
   En fait, tous les deux ans, il semble que toute l'île de Saint-Barth se mobilise pour la course. Elle est très largement couverte dans la presse locale et internationale, et tous, des passionnés de voile jusqu'aux enfants des écoles, la suivent avec la plus grande attention. Alors, si vous souhaitez vous rendre à St-Barth en 2002, envisagez de venir en mai. C'est vraiment un moment très sympa, et si vous me trouvez sur les quais agitant mon petit drapeau St-Barth, je vous offre une Carib ou un Perrier bien frais au Sélect qui est juste au coin de la rue. Et on parlera des résultats de la course jusqu'à ce qu'il ferme, et au moins jusqu'à ce que le dernier bateau ait franchi la ligne d'arrivée.

  A Bientôt,

  Ellen Lampert-Greaux


  Nouvelles Locales et Commentaires     Editoriaux-Archive     Guide du Visiteur  

© 1996-2001 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies