Vue d'Ici:   Ellen Lampert-Greaux, d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
  Mai 2003
space
  Les folles nuits de St-Barth
space
    Vous avez sûrement déjà vu ces cartes postales complètement noires, avec en lettres blanches la mention « Cleveland by night » ou « les nuits de Kaboul » ou tout autre nom de coin perdu où on se doute bien qu'il ne se passe pas grand chose une fois la nuit tombée. Au train où vont les choses, il semble que bientôt on pourra éditer une carte semblable pour St-Barth.
    Comment ? Il ne se passe rien la nuit dans ce paradis connu à travers le monde pour sa fréquentation par les milliardaires et les célébrités ? Mais où sont ces fabuleuses soirées et cette vie nocturne scintillante, pleine de faste et de glamour ? Que fait la jet set de ses soirées ? Un jeune couple rencontré l'autre jour décrit ainsi la chose: « Après avoir dîner à Gustavia, nous avons voulu aller écouter de la musique live, alors nous sommes partis le long du quai. Première tentative, le Key West Café, dont on avait un bon souvenir de l'an dernier, mais qui depuis est devenu une agence immobilière. Deuxième essai, Buena Vista où le propriétaire nous accueillit avec un "désolé les gars, c'est fermé", trempé dans un accent à la Crocodile Dundee. Puis un peu plus loin au Bête A Z'Ailes où un orchestre de New York clôturait la soirée d'un dernier morceau. A minuit. Nous sommes donc allés jusqu'à la Luna mais on nous en a refusé l'entrée, parce que nous n'étions pas assez bien habillés. Entrée interdite aux jeans. » Heureusement pour eux, ils ne sont pas allées jusqu'au Petit Club ou au Ti Saint Barth. Ils auraient également trouvé porte close. Il semble que de nouvelles réglementations contraignent les restaurants et les bars à fermer à minuit, du moins pendant la semaine. Et certains établissements contrevenants ont même subi une « fermeture administrative » pendant plusieurs mois. Ce qui n'est pas très explicite.
    Je vais peut-être devoir aller à une réunion de la nouvelle association "Le Meilleur pour Saint-Barth" afin de comprendre en quoi il est bénéfique pour l'île de tout fermer à minuit. Ou peut-être l'intention est-elle de faire marcher la machine à remonter le temps et de revenir à une époque où la vie était plus simple et plus calme sur l'île. Quand il n'y avait ni bar, ni night-club. Quand les palmiers étaient dans leur plus simple appareil plutôt qu'avec des guirlandes de Noël des pieds à la tête. Quand les étoiles étaient les seules lumières de la nuit. C'est sûrement très bien pour les résidents, mais les visiteurs ont peut-être besoin de faire des choses un peu plus excitantes que d'admirer une éclipse de lune (nous en avons eu une jeudi soir, magnifique !). Ou de faire des projets de barbecue avec des amis ou d'aller voir un film sous la pluie (scénario d'hier soir).
    En parallèle, radio cocotier propage la rumeur qu'il y aurait deux, si ce n'est trois, journaux quotidiens ou hebdomadaires en préparation pour l'île. Ce qui fait que s'il n'y a pas grand chose à faire la nuit, on pourra toujours se plonger dans la lecture.
  A Bientôt,
  Ellen Lampert-Greaux

  Nouvelles Locales et Commentaires     Editoriaux-Archive     Guide du Visiteur