Vue d'Ici:   Ellen Lampert-Greaux, d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
  Mai 2002
space
  Gloire à tous nos héros
space
  Quelle semaine! On avait l'impression que l'île entière retenait son souffle dans l'attente des bateaux de la Transat AG2R prévue durant le week-end du 11 et 12 mai... Et elle ne fut pas déçue, alors que le premier d'entre eux faisait son approche juste au moment où le soleil se couchait derrière l'horizon de vendredi.
space
   Tous les deux ans, une poignée de marins dingues s'apparient deux à deux, écument le monde entier à la recherche de sponsors qui financeraient leur coup de folie, pour ensuite se caler dans une escouade de petits voiliers et naviguer de Lorient en France jusqu'à Saint-Barth. Cette année, ils ont été vernis. La météo était correcte, les vents soutenus, et tous ont eu l'air d'apprécier. Cette année, les gagnants de la course, Hervé Laurent et Rodolphe Jacq, ont mis 22 jours, 12 heures, 39 minutes et 55 secondes, ce qui à mon avis est vraiment très long pour être coincé dans un si petit bateau. Mais ils ont tout de même eu la chance de pouvoir se dégourdir les jambes sur l'île de Madère, pour une escale de 6 jours prévue dans la course. Nos champions locaux, Markku et Richard sur St Barth Assurance, et Luc et Jeff sur Avis-Ile de Saint-Barthélemy, avaient l'air encore en forme en arrivant chez eux après cette aventure. Markku, un faiseur de voiles finlandais, qui vit sur l'île, et un îlien de souche, Richard Lédée, avaient l'air vraiment contents de leur dixième place au classement (sur 24 bateaux). Surtout parce qu'ils étaient arrivés 25ème sur trente la dernière fois. Luc et Jeff ne firent pas aussi bien, mais ils furent accueillis par des centaines et des centaines d'amis et de fans présents sur les quais pour les voir entrer dans le port sous voiles et venir s'accoster dans la ligne de coques de noix. Durant tout le week-end, des marées de curieux sont venus voir arriver les bateaux, et écouter les orchestres locaux qui jouaient sur les quais. Appareils photo numériques, caméras, appareils photo tout court, équipes de télévision... mitraillaient à tout va les marins qui débarquaient, certains avec l'oeil plus brillant que d'autres. Quand tous les 24 eurent accostés, il fallait vraiment faire une photo globale, d'autant plus que cette jauge est retirée et qu'en 2004, les marins auront droit à environ un mètre de plus pour déplier leurs gambettes, les bateaux seront légèrement plus grands.
space
  Au même moment, d'autres héros de l'île, l'association des vétérans de guerre, prenaient part à la cérémonie commémorative du 8 mai 1945. Mon beau-frère Philippe, qui a fait la guerre du Golfe avec la Marine Nationale française, en apprenant que mon père, un vétéran de la deuxième guerre mondiale, serait sur l'île ce jour-là, demanda s'il allait participer à la cérémonie en tant que soldat américain. Un de ces soldats qui libérèrent la France, pour que nous puissions toujours manger de la baguette au petit déjeuner plutôt que de la saucisse. C'est ainsi que mon père arbora ses médailles, son emblème de l'infanterie et ses décorations de second lieutenant sur une chemise kaki et un chapeau militaire, pour prendre part à la marche. Il nous avoua son émotion à se retrouver debout là, avec les autres vétérans et les adjoints au maire.
space
  Heureusement nous sommes en France, et après une brève allocution, nous repartîmes tous vers la nouvelle mairie et firent ce que les français savent si bien faire, boire une coupe de champagne, même à cette heure matinale de 11 heures. Et ce champagne avait le goût des réjouissances à venir, car bouchons après bouchons allaient sauter de joie quelques jours plus tard pour l'arrivée de nos marins.

  A Bientôt,

  Ellen Lampert-Greaux


  Nouvelles Locales et Commentaires     Editoriaux-Archive     Guide du Visiteur