Vue d'Ici:
    Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
    Mars 2005
space
     Quand Jimmy revient
space
Jimmy Buffett a du mal à rester incognito par ici. Et on comprend pourquoi. Par exemple, cet homme-là arrive en Cessna Caravan, son hydravion. Ca ne passe pas inaperçu. Et si les flotteurs ne vendent pas forcément la mèche, les initiales JB, elles, la donnent. Dès que l’avion est parqué à St-Jean, radio tam-tam se déchaîne et les spéculations vont bon train sur où et quand ce pirate des mers, chanteur et compositeur, pourrait donner un de ses concerts impromptus et gratuits. Et oui, gratuits. Pour les initiés seulement. Je l’ai déjà vu tirer une chaise et en chanter quelques unes au Sélect. Je l’ai vu chanter sur le quai avec tous ses musiciens pour le cinquantième anniversaire du Sélect, en 1999. On murmure qu’il a joué quelques chansons la semaine dernière au Sélect. Il entretient une relation privilégiée avec Marius, le patriarche du Sélect, et le coin burger dans le jardin s’appelle Cheeseburger in Paradise, d’après le nom éponyme de la chanson de Jimmy (et oui, les amis, c’était la chanson en premier). La cerise sur le gâteau s’est posée la semaine dernière au Bête-à-Z’ailes, un bar sur le port à Gustavia. Quelqu’un avait vendu la mèche pour cette occasion-là (honte à lui, s’il lit ces mots) et des centaines de gens se tordait le cou pour arriver à voir quelque chose. Mais cet homme ne s’est pas laissé démonter et a chanté comme un astre. Ses chansons, des chansons des Beatles, des chansons de Bob Marley. Lâchant des blagues sur combien ça coûterait d’aller le voir en concert à la Barbade. Sans parler des autres endroits. J’ai souvent eu l’occasion de dire que les meilleures choses à Saint-Barth sont gratuites : le soleil, le sable, les étoiles, Jimmy Buffett. Qu’est-ce qu’on peut rêver de mieux ? Jimmy entretient une relation privilégiée avec cette île depuis plus de 30 ans, et on a tout intérêt à ce que cela dure, alors la prochaine fois que vous voyez cet hydravion qui s’approche, s’il-vous-plaît, gardez-le pour vous ! J’ai eu droit à une autre sorte de spectacle l’autre soir à La Plage, un endroit branché sur la plage de St-Jean. Oui, celui-là même. Celui qui provoque des embouteillages monstres pendant toute la haute saison. La nuit, ils allument un barbecue qui fume et installent le Ciné-Plage, pour projeter des vieux films tous les vendredis soirs. Casablanca sur la plage ? Ca me dirait bien. Ils donnent aussi un petit spectacle sans esbroufe sur la plage avec trois types mangeurs de feu, et qui font aussi tourner des lumières dans des costumes luminescents. Des artistes venus d’ailleurs ? En fait, non, ce sont trois gars d’ici qui travaillent en journée dans des hôtels ou des supermarchés et qui se sont formés tout seuls. Tout ça pour vous dire qu’on ne sait jamais ce que les gens sont capables de faire par ici.
    A Bientôt,
    Ellen Lampert-Greaux
  Nouvelles Locales et Commentaires   |    Archives    |   Guide du Visiteur