Vue d'Ici:
    Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
    Juin 2005
space
     Ohé, du navire !
space
En dépit du fait que St-Barth est une île, qu’elle est donc entourée d’eau, il se passe parfois des semaines, ou même des mois (je pourrais même parler d’année) sans que je mette un pied sur un bateau. Pas du tout parce que j’ai le mal de mer ou quelque chose du genre, mais tout simplement j’en ai rarement l’occasion, et donc je suis un marin d’eau douce, les yeux plus souvent rivés sur un écran d’ordinateur que sur la ligne d’horizon. Je me suis contentée cet hiver de visiter un Moody de 65 pieds qui arrivait d’Angleterre, et je suis passée d’un bateau à l’autre durant la St-Barth Bucket, cette régate qui a eut lieu en avril dernier (mais ces bateaux-là étaient fermement amarrés à quai). Tout ceci rendait fort improbable ce qui s’est passé un dimanche de la fin mai, quand je suis montée à bord de deux bateaux le même jour. Le premier était un voilier prêt à appareiller pour une traversée transatlantique vers la France depuis le port de Gustavia. Nous sommes descendus au port au matin pour dire au revoir et nous avons pu visiter le bateau, ce qui était d’autant plus facile qu’il était à quai. Plus tard dans la journée, les choses se sont un peu corsées quand nous sommes retournés au port pour accueillir Prototype, un voilier unique en son genre qui avait quitté St-Barth en août dernier et revenait après une expédition de 14 000 miles jusqu’en Patagonie (tout au bout de l’Amérique du sud). Mon mari Rosemond voulait des vues rapprochées du bateau alors qu’il arrivait sous voile dans le port, donc avec Cédric, un cinéaste de l’île et sa petite amie Valentine, de la galerie 2.b.art (un des sponsors de l’expédition Prototype), nous nous somme entassés dans un zodiac appartenant à François Chlous, le dentiste, et partis comme des flèches sur les vagues. Et elles n’étaient pas petites, les vagues, pas faciles à dominer, et pas mal de fois nous nous sommes envolés pour retomber lourdement comme des masses sur l’eau. On s’accrochait à nos chapeaux, c’est le moins qu’on puisse dire ! Le peintre Stanislas Defize, qui avait fait partie de l’équipage de trois hommes de Prototype, nous accompagnait, ayant quitté le bateau quelques mois auparavant pour retrouver sa Belgique natale. Les deux autres marins, Marc et Yan, avaient fini le voyage sans lui. Une fois Prototype à quai, Stany a sauté à bord pour recréer le trio des marins. Pour donner une note d’humour à leur retour au bercail, un groupe d’amis, principalement des femmes, les attendait sur le quai, portant des jupes en paille et arborant l’inscription « Bienvenue à Bora Bora », comme si Prototype étaient encore quelque part dans le Sud Pacifique. Ce soir-là, toute la fine équipe et des tas d’amis se sont retrouvés au restaurant La Plage à St-Jean, pour visionner neuf petits films que Cédric avait fait à propos de l’Expédition Prototype. Ce sont de très bons résumés du voyage, et c’était assez incroyable de voir les paysages tropicaux disparaître pour les glaciers bleus de Patagonie au fur et à mesure que l’expédition avançait vers son but. En guise de manifeste artistique, Stany avait fabriqué avant de partir quinze paires de sculptures flottantes, l’une en métal et l’autre en plastique jaune. Celles en métal ont été vendues par la Galerie 2.b.art (qui organisera également une exposition sur l’expédition l’année prochaine) alors que celles en plastique accueillaient des messages (comme dans une bouteille à la mer) et étaient livrées aux flots au cours du voyage. Ce serait quand même extra si l’une d’entre elles étaient ramenée par les vagues jusqu’à St-Barth, bouclant une nouvelle fois la boucle de toute l’expédition !
    A Bientôt,
    Ellen Lampert-Greaux
  Nouvelles Locales et Commentaires   |    Archives    |   Guide du Visiteur