Vue d'Ici:
    Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
    Juillet 2004
space
    Radiomania
space
     Tous ceux qui écoutent la radio à St-Barth ou St-Martin doivent avoir découvert la bonne surprise. Une nouvelle option FM (95.1 à Saint-Barth et 88.1 à Saint-Martin) qui diffuse uniquement de la musique. Pas de discours. Pas de nouvelles. Pas de météo. Pas de pub (du moins pour l’instant). La station est affiliée à Radio Saint Barth, et la programmation musicale – un bon mélange de musique antillaise et contemporaine – assurée par Romaric Magras, que tous ses amis appellent Romy. C’est ce même Romy (un natif de l’île) qui travaille comme DJ, dirige une société du nom de Cactus Productions, et qui, parmi d’autres choses, offre des concerts gratuits au stade (comme le très apprécié Chante Nwel de l’an dernier, ou le concert de Noël, animé par un groupe de chanteurs et de danseurs de Guadeloupe). Tout comme la nouvelle station de radio, le concert était gratuit : un cadeau pour l’île de la part de ce garçon hors du commun. Il y a quelques années déjà, quand nous organisions le tournoi local de volley-ball, nous avions cherché un jeune pour tenir le snack bar. Romy s’est proposé pour nous aider, et pour gagner un peu d’argent de poche. Peu de temps après, il avait à peu près 12 ans, et faisait déjà des émissions sur la station de radio associative de l’île, Radio Saint Barth, dont il fait toujours partie actuellement, et dont son frère Rodolphe est président. « La musique est notre passion, c’est normal que nous nous intéressions à la radio », dit Romy, dont le grand-père est l’un des meilleurs joueurs d’accordéon sur l’île depuis toujours. En fait, le style de musique traditionnelle jouée par son grand-papa fera partie de la programmation radiophonique de Romy, car il prévoit des soirées thématiques, de 8 à 10 heures du soir, dédiées à la musique traditionnelle antillaise, du reggae au Latino. Le samedi soir, ce créneau horaire sera consacré à de la musique à danser, et s’appellera fête à la case. «On ne trouve plus de disco qui passe de la musique antillaise » se plaint Romy. Et voici pourquoi il a trouvé une solution pour des gens qui veulent s’offrir une soirée dansante à domicile. Et le dimanche matin, il diffusera de la musique locale de l’île (qui sait, peut-être que grand-papa sera un jour l’invité d’honneur !). Romy a du bien placer son argent de poche (il est également un très bon chasseur de sponsors). Pour l’instant, Cactus Productions paye la note de la nouvelle fréquence radio. « Cela revient à peu près à une radio satellitaire, » dit-il. « Mais les gens ne l’ont pas dans leur voiture ou dans les boutiques. » Maintenant ils peuvent, grâce à Romy, qui a dernièrement été récompensé pour ses efforts avec le premier prix d’un concours régional baptisé « Talents 2004 ». La prochaine étape, une fois qu’il aura trouvé les fonds, sera une version Internet. Tout ça sur une île où l’on entend beaucoup de jeunes gens se plaindre qu’il n’y a décidément rien à faire. Si seulement quelques uns pouvaient suivre l’exemple de Romy et se demander ce qu’ils peuvent faire pour leur île plutôt que ce que l’île peut faire pour eux !
    A Bientôt,
    Ellen Lampert-Greaux
  Nouvelles Locales et Commentaires   |    Archives    |   Guide du Visiteur