Vue d'Ici:   Ellen Lampert-Greaux, d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou supervisant l'équipe locale de Volleyball, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
  Decembre 2000
space
  L'Arrivée à St-Barth !
space
  Par chance pour les habitants de St-Barth, l'île ne dispose que d'un seul terrain pouvant servir de piste d'atterrissage ou de décollage.
space
   Le premier service aérien reliant St-Barth date des années 40, quand le maire d'alors, Rémy de Haenen, découvrit qu'il pouvait poser un petit avion sur une savane proche de son nid d'aigle d'Eden Rock. D'origine hollandaise, et lui même pilote, les avions n'avaient rien de mystérieux pour lui, mais imaginez la stupeur des habitants quand ils virent le premier avion tournoyer au-dessus de l'île à une époque où même les voitures étaient encore des curiosités, et où les moyens de transport locaux consistaient en une bonne paire de chaussures ou un dos d'âne.
space
   Dans ces temps héroïques de l'aviation à St-Barth, chaque avion qui voulait atterrir devait d'abord chasser les chèvres et se posait à côté du champ où les jeunes gens jouaient au football. Durant des années, les passagers attendirent l'embarquement à l'ombre d'un grand arbre. Mais à partir du moment où la piste fut bétonnée, fleurirent dans l'esprit des plus imaginatifs des visions de 747 atterrissant à St.-Jean. Par chance, les avions qui peuvent faire une abattée sur la piste après le passage du col ont une capacité limitée à 21 sièges, sinon ils mordraient sur la plage ou prendraient un bain de roues. Cet atterrissage a gagné de telles lettres de noblesse que vous pouvez en entendre parler jusqu'à l'autre bout du monde. J'ai observé des passagers se serrer contre leur aimé en fermant les yeux, s'attendant à une fin de parcours à sensation, mais les avions se posent généralement en douceur, car les pilotes ont acquis une vraie maîtrise du terrain.
space
  En ce moment, l'aéroport s'agrandit, de nouveaux espaces, un nouveau restaurant et une nouvelle tour de contrôle, mais la piste ne bouge pas d'un centimètre. Des milliers de passagers vont et viennent chaque année, et malgré tout l'aéroport reste un endroit convivial où se retrouver et accueillir familles et amis. Le nouveau bâtiment réveille une certaine nostalgie de l'ancien, de son porche ouvert où vous pouviez vous asseoir pour observer les allées et venues, et tendre à vos amis un ti'punch pour les mettre dans l'ambiance tropicale. Les choses ont changé, avec même un tapis roulant à bagages.
space
   Depuis quelques mois, l'aéroport est en chantier et une salle d'attente de fortune a été aménagée à l'extérieur, comme dans le bon vieux temps. Mais nous sommes à nouveau dans la période de l'année où le tout New York et le tout Los Angeles se doit d'être à Saint-Barth, et la ronde incessante des petits avions qui atterrissent et redécollent a repris. Tous les corps de métiers s'attellent à terminer les travaux de ce petit aéroport qui est l'un des plus côtés au monde, avant Noël.
space
  Voici quelques suggestions pour que votre voyage se passe du mieux possible. Si vous voyagez sur American Airlines, vous avez peut-être intérêt à ne prendre que des bagages à main. Pour une raison inconnue, American n'assure pas le transfert des bagages entre St-Martin et St-Barth, ce que font US Air, Air France, Continental et TWA. Si avez enregistré des bagages que vous devez donc récupérer à Saint-Martin, il vous faudra ensuite retraverser l'aéroport. Quelques porteurs sont là pour vous aider et j'ai découvert qu'avoir un billet de 5 dollars à la main attirait très bien leur attention. Après votre enregistrement, vous devrez quand même faire la queue au guichet de la taxe d'aéroport, même si vous n'avez rien à (de fait, vous pouvez désormais rester à St-Martin 24 heures avant de devoir vous acquitter de cette taxe). La salle d'embarquement à St-Martin vient d'être rénovée et a perdu de son charme. Il n'y a plus de tables à l'extérieur, ni ce grand bar où vous pouviez commander un hot-dog, un ti'punch et des crèmes glacées. Le nouvel endroit est climatisé et le bar est une version édulcorée de l'ancien (plus de glaces, mais toujours de bons hot-dogs).
space
  Ensuite le fameux atterissage à St-Barth qui me procure toujours autant de plaisir l'inévitable groupe de touristes debout au sommet de la colline filmant les avions qui piquent vers la piste et freinent des quatre fers pour éviter la plage où quelques baigneurs les mitraillent de leur appareil photo. Où ailleurs pouvez-vous vivre une telle expérience?

  A Bientôt

  Ellen Lampert-Greaux


Nouvelles Locales et Commentaires Editoriaux-Archive Guide du Visiteur

© 1999 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies