Vue d'Ici:
    Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline. Tout en organisant le festival du film Caraïbe, ou écrivant des articles pour différents magazines connus, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.
    Avril 2005
space
     La brigade des bracelets bleus
space
Le premier week-end d’avril, beaucoup de monde a les yeux tournés sur la mer. Pas par crainte d’un tsunami, ou pour observer les baleines en migration, mais pour admirer quelques magnifiques voiliers paradant autour de l’île à l’occasion de leur 10ème régate annuelle, la St-Barth Bucket. C’est une course sur invitation de voiliers de plus de 100 pieds, 33 mètres, et ça donne de sacrés tonneaux. La course a commencé il y a très longtemps à Nantucket, qui rime avec Bucket… Vous voyez le genre… De ses humbles débuts à St-Barth avec une demi-douzaine de bateaux jusqu’à cette année avec une véritable flotte de 25 (et trois autres encore plus grands servant à accueillir de belles fêtes), l’événement est devenu un véritable tour de force pour l’organisation, avec des crépitements de talkie-walkie dans tous les sens, et le comité de course sur le pied de guerre pour lancer le départ et contrôler les arrivées. Lors d’une soirée spéciale, on pouvait grimper à bord des bateaux, pour donner à tous les régatiers et à quelques îliens chanceux l’occasion de visiter tous les bateaux amarrés au quai de Gustavia. Les quelques élus portaient un bracelet bleu métallique, que quelques jeunes élégantes s’empressèrent de nouer à la cheville plutôt qu’au poignet. L’idée étant que ceux avec bracelets pouvaient visiter les bateaux, alors que les sans bracelets restaient sur le quai à regarder avec envie la brigade des bracelets bleus laisser leurs chaussures et vaciller sur les étroites échelles de coupée (l'une d'elle était vraiment fine avec juste une corde d’un côté et la grande bleue de l’autre. J’ai passé mon tour !). Décorés de nos bracelets bleus, nous sommes passés d’un bateau à l’autre, nous extasiant devant le design incroyable et la décoration intérieure de bateaux qui pouvaient rivaliser avec des appartements de luxe ! A bord, on nous servait des cocktails et des apéritifs, parfois des mets délicats comme des huîtres et des pinces de crabe. On a même distribué des prix aux bateaux qui offraient les meilleurs collations ! Ce genre d’événements attire l’attention des médias, des journalistes et des photographes de tout le monde du yachting international venant sur l’île. Les organisateurs de la course estiment que 400 à 500 personnes sont venues régater, propriétaires, skippers, équipages, et invités (certains se demandant pourquoi l’office du tourisme restait obstinément fermé !). D’ici la Bucket de l’an prochain, la nouvelle capitainerie sera terminée ainsi que la rénovation des quais. Le club house en étage sera parfait pour tous les événements et les cocktails relatifs à la course. Mais d’après ce qu’on dit, le personnel du port n’était même pas invité au briefing général d’avant la course à bord du luxueux Mirabella V ancré dans le port, ni à la soirée privée à bord de l’Athena, la plus grande goélette à trois mâts au monde amarrée au quai de commerce, et nous attendons de voir ce qui se passera l’an prochain. A mon humble avis, si une course comme la Bucket veut être bien considérée par les autorités portuaires, elle devrait peut-être soigner ses relations ! Mais, moi, ce que j’en dis…
    A Bientôt,
    Ellen Lampert-Greaux
  Nouvelles Locales et Commentaires   |    Archives    |   Guide du Visiteur