Vue d'Ici:

Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline et est la rédactrice en chef du Harbour Magazine pour Saint Barth et Saint Martin. Lorsqu'elle n'organise pas le Festival du Film Caraïbe de Saint Barth, ou qu'elle écrit pour différents magazines comme Live Design, MACO et All At Sea, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.

   Mai 2009

Adieu Lu

J’espère que mon amie Lu ne se vexera pas d’être le sujet de cette réflexion qui est également un commentaire sur la vie de l’île. La vérité sur la question est qu’à St-Barth, il y a toujours quelqu’un qui arrive ou qui part ; et dans le cas de la plupart de nos amis, ils reviennent… et c’est toujours un bon prétexte pour organiser une fête ou aller dîner à l’extérieur, c’est toujours la dernière soirée ou alors son premier soir sur l’ile, alors soyons tous ensemble pour fêter l’événement, etc.

Mais Lu a décidé de quitter l’île définitivement ce mois-ci afin de rejoindre sa famille aux Etats-Unis où sont installés ses deux fils, ses belles-filles et ses petits-enfants qui l’attendent.
J’ai rencontré Lu pour la première fois en 1992 quand je suis venue échanger mes cadeaux de mariage offerts en double en provenance de Little Switzerland, maintenant devenue une boutique réputée de bijoux et de cadeaux. J’avais demandé à voir la responsable Madame Chassin pour qu’elle m’aide et bien sûr c’était Lu… Au fil des années, nous nous sommes croisées à de multiples reprises dans différentes soirées et nous sommes devenues amies. Finalement Lu est venue s’installer dans le studio que nous louons dans notre maison et nous avons formé une « famille » pour un petit moment. Nous avons eu de nombreux moments hilarants (pour le moins amusant avec le recul)… un soir un oiseau est entré dans le studio et a passé la nuit à sauter de poutre en poutre… Mais où étaient les chats de Lu cette nuit-là ? Ces chats qu’elle ne laissait pas sortir le matin avant d’avoir inspecté le deck au cas où les nôtres les attendent pour leur sauter dessus, ce qui arrivait habituellement. Combien de fois Lu a arrosé un de nos chats pour le chasser (probablement Biscuit) et combien d’heures a-t-elle passé à essayer de cajoler l’autre pour le faire sortir du haut de la mezzanine de son studio où il s’était juché (certainement Caramel).

Le départ de Lu n’est pas passé inaperçu : il a été l’occasion de multiples fêtes d’au revoir dont entre autre une de 80 invités, un modeste déjeuner. Lu va manquer à tous et pas seulement à ses amis les plus proches… Elle était une paroissienne active à l’église anglicane, elle faisait partie de l’organisation du festival de musique, elle était membre du Lions Club, donnant sans compter de son temps pour de nombreuses bonnes causes. Cet autre aspect de la vie de l’île et surtout dans une petite contrée telle St-Barth aide à s’enrichir au contact de la communauté spécialement pour ceux d’entre nous qui sont venus de loin s’installer dans une île qui est devenue leur maison d’adoption. Pour Lu, St-Barth a été un véritable foyer pendant presque 25 ans. Elle peut partir, nous lui avons déjà fait promettre de revenir nous rendre visite. Après tout, son arrivée et départ seront deux bons prétextes pour organiser une autre fête !

Lu

A bientôt,

    Ellen Lampert-Greaux

Nouvelles Locales et Commentaires | Archives | Guide du Visiteur