Vue d'Ici:

Ellen Lampert-Greaux d'origine Américaine, vit à Petite Saline et est la rédactrice en chef du Harbour Magazine pour Saint Barth et Saint Martin. Lorsqu'elle n'organise pas le Festival du Film Caraïbe de Saint Barth, ou qu'elle écrit pour différents magazines comme Live Design, MACO et All At Sea, Ellen observe autour d'elle et nous raconte sa vision d'ici.

Février 2010

Et maintenant Quoi ?

Les petits avions descendent en piqué pour atterrir sur la courte piste de la parfaite petite île de la Caraïbe. Vous mettez un pied sur le tarmac et appréciez l’air chaud et la douce brise tropicale. Vous admirez les vertes collines sur lesquelles des maisons aux toits rouge ou vert remplissent le paysage. Hey, vous pensez, ne serait-ce pas génial de construire une villa ici ? Alors, vous vous mettez en route pour visiter les agences immobilières ou les prix s’envolent mais il y a un petit bout de terrain, pas trop loin de la plage, qui semble dans vos moyens, complété d’une petite maison qui peut être agrandie. Alors vous allez jeter un œil. C’est merveilleux. Vous l’achetez. Vous faites venir votre architecte qui n’a jamais construit une maison dans la Caraïbe auparavant. Il casse les murs de la maison existante, coupe une série d’arbres tropicaux protégés, parce qu’ils sont sur le tracé des plans d’agrandissement et ajoute une suite/chambre à coucher principale avec une grande baignoire, un jacuzzi, un pommeau de douche d’où l’eau coule comme une cascade d’eau et un sauna. La piscine est chauffée, le salon possède l’air conditionné. Vous ne pouvez pas obtenir assez de courant électrique avec la compagnie locale alors vous installez un générateur. Et vous y emménagez en août pour votre mois annuel de vacances dans l’île. Vous entendez des bruits d’alerte cyclonique. Les voisins commencent à rassembler les objets mobiles dans leurs jardins. Les bateaux sont sur leurs remorques le long des routes. À quel point cela va-t-il être mauvais vous demandez-vous. Quand les vents commencent à souffler, l’électricité est coupée. Attendez une minute, pourquoi le générateur ne démarre-t-il pas ? Le jour suivant vous n’avez toujours pas d’électricité et vous ne pouvez pas ouvrir un seul des volets électriques alors la maison reste dans le noir. Vous ne pouvez pas tirer la chasse d’eau car les pompes électriques ne fonctionnent pas. Vous ne pouvez pas prendre de l’eau dans la piscine puisque sa couverture électrique a été fermée pour la tempête. Alors vous allez voir vos voisins qui vivent dans un charmant petit bungalow de l’île. Ils ont ouvert leurs volets en bois à la main et avec calme sont allés puiser un seau d’eau dans leur petite citerne extérieure pour nettoyer le deck après avoir ramassé les branches qui ont volé dans leur jardin. Un poisson est en train de cuire sur leur BBQ et le déjeuner sera prêt dans un petit moment. Ils vous invitent à vous joindre à eux, ce qui est une bénédiction, puisque vous ne pouvez même pas faire bouillir de l’eau sur votre gazinière électrique branchée. Pas de problème, pensez-vous, en savourant la prise du jour, le générateur va être vite réparé. Mais pas si vite ! Il a été endommagé par le sable et l’eau salée et le seul réparateur de cette onéreuse machine italienne vit sur l’île voisine et il ne peut pas venir chez vous avant au moins une semaine.Personne n’a les outils spéciaux requis pour lever les volets alors votre maison reste dans le soir jusqu’à ce que l’électricité générale ne revienne que tard dans la nuit. Qui a besoin de tout cela commencez-vous à vous demander et peut-être pensez-vous à vendre cette maison pour acheter un de ces petits bungalows qui semblent faits pour survivre et comme leurs résidents natifs apprendre une chose ou deux sur l’art et la manière de vivre sur une île.

 

A bientôt,

    Ellen Lampert-Greaux

Nouvelles Locales et Commentaires | Archives | Guide du Visiteur