Editorial:   Votre rédacteur a découvert Saint-Barth en 1968 et y réside depuis plus de vingt ans. Il vit avec sa famille franco-américaine sur les hauteurs de Lorient depuis lesquels il contemple fasciné le film d'un mode de vie unique et paisible se dérouler devant ses yeux.
  Décembre 1998
space
  Pendant des décennies, les résidents de Saint-Barth ont échappé à l'incroyable diversité des impôts français, en partie à cause des termes du traité de rétrocession de 1878, mais, plus globalement par cause de négligence.
space
  Actuellement, le gouvernement de Paris, cherchant désespérement à renflouer ses caisses, et faisant feu de tout bois, si maigre soit il, a récemment décidé qu'au regard de la récente prospérité dûrement gagnée de Saint-Barth, il était temps pour les résidents d'abattre leurs cartes et de payer l'impôt.
space
  La légitimité de ce changement d'attitude est pour le moins discutable, mais cela n'a pas empêché les autorités fiscales françaises d'envoyer par la poste des mises en demeure, ainsi que par avion quelques tristes sires venus tourmenter les entreprises locales.
space
  Les bonnes raisons des uns et des autres sont trop complexes pour que nous les exposions ici, mais on peut simplement dire que les gens du cru ne sont pas disposés à se laisser plumer sans rien dire.
space
  Il y a eu quelques manifestations dans les rues, et il y en aura probablement d'autres.
Une volée de tactiques législatives et politiques a été lancée pour pousser le gouvernement dans ses retranchements.
space
  Le conflit n'est pas prêt d'être résolu. Les manoeuvres du gouvernement s'emberlificotent facilement dans la paperasserie et les résidents sont fermes et déterminés.
space
  Si le gouvernement l'emporte, le coût de la vie déjà élevé à Saint-Barth va probablement grimper encore, laissant exangues les plus petites entreprises, et rendant l'endroit encore plus inaccessible.
space
  Les visiteurs ne se rendront pas compte de ce drame intime sauf dans l'oeil encore plus courroucé de certains râleurs, ou sauf si la circulation est encore une fois paralysée par une autre expression publique des droits des citoyens; il est néanmoins impossible de parler de Saint-Barth en ce moment sans mentionner ce conflit, aussi peu ragoûtant soit-il.

  A bientôt pour d'autres commentaires ...

  Peter O'Keefe


Nouvelles Locales et Commentaires Editoriaux-Archive Guide du Visiteur

© 1998 Editions Bassin Laurent, B.P.65, 97095 St. Barthélemy, French West Indies