Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    D’origine bordelaise, Cécile Lucot vit à St-Barth depuis dix ans. Après avoir été rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans, elle a travaillé pour le quotidien d’informations locales Today. Elle écrit régulièrement pour différents magazines et présente une à deux fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des quinze derniers jours.
  25 mai 2007 - #75
« De mémoire d’anciens » raconte le St-Barth d’antan

Virgile Novarina, Luis Mizon et Jean-Michel Maulpoix Ce documentaire de 52 minutes met en scène les témoignages d’une quinzaine d’anciens qui décrivent l’île avant le développement touristique. Lucina Lédée, Valentine et Jeanne Laplace, Sully Magras, Georges Gréaux, Romon Beal, Doudou et Camelle relatent la vie simple qu’ils menaient, l’exode clandestin des hommes à St Thomas pour rechercher du travail, la récolte du sel à Saline, le tressage des feuilles de latanier, les liaisons inter-îles en goélettes, la contrebande d’alcool et de cigarettes… Le docteur Weil, un des premiers «métros» à s’être installé à Gustavia explique que, faute de professionnels, sa fonction de médecin s’était élargie à celle de dentiste et de vétérinaire. Le film se termine sur les commentaires d’Angélique Questel Beal, jeune fille de 18 ans nostalgique de cette vie qu’elle n’a pas connue mais qui transformerait bien les énormes 4x4 actuels en âne, moyen de transport usité jusqu’à l’arrivée des voitures. Réalisé par Victoire Theismann, le film a été projeté en avant-première pendant le festival du film caribéen le 30 avril dernier. À travers ces images, la réalisatrice a voulu montrer le St-Barth authentique qui menace de disparaître et dont elle garde un souvenir émouvant lorsque, toute jeune fille, elle était arrivée sur l’île à la suite du démâtage du bateau sur lequel elle naviguait avec son père. Depuis cette première rencontre avec St-Barth, la jeune femme est revenue sur cette île qui pour elle, malgré un côté paillette mis en avant par les médias, garde un esprit particulier. Le film a été produit par Cédric Robion qui signe également les images, la bande son et le montage. Sa société Télémac Production a acheté les droits du film tourné en 1952 par le Baron Gustafsson Nordenskold, un des premiers navigateurs suédois à avoir découvert l’île et dont certaines séquences ont été ajoutées aux explications des st-barths. Diffusé à la télévision sur RFO en juin puis pendant l’été sur TV5, le DVD est d’ores et déjà en en vente au prix de 25 euros dans une quinzaine de magasins, supermarchés, librairies, boutiques de souvenirs et vidéo clubs de l’île.


Concours de la fondation Marius Stackelborough

Jean et Jean-Michel MaulpoixBertil Larsson président et fondateur en 1997 de la fondation Marius Stackelborough a imaginé un concours pour les collégiens sur le thème de la période suédoise. L’idée de ce suédois passionné par l’histoire de l’île était de faire travailler les adolescents sur la vie à St-Barth pendant la période suédoise de 1784 à 1878. Après avoir reçu l’accord de Marius, Bertil Larsson a rencontré Christian Lédée, principal du collège qui a accepté de proposer la mission aux jeunes. Depuis le début de l’année scolaire, sous la direction de Philippe Dibos, leur professeur d’histoire géographie, une vingtaine d’élèves de quatrième répartis par groupe de 2 ou 3 se sont mis en quête de documents, témoignages et livres sur le sujet. En fonction de la motivation des élèves et de l’avancement de leurs recherches, cinq dossiers ont finalement abouti, chacun traitant d’un sujet spécifique : la cession de St-Barth à la Suède et le début de la période suédoise en 1784 et 1785 ; la vie quotidienne pendant la période suédoise, l’architecture et l’urbanisme ; les tentatives de mise en valeur agricole de l’île et la rétrocession de St-Barth à la France. Le 15 mai avait lieu à la mairie la remise des prix de ce concours qui a primé quatre des cinq dossiers finalisés. Un exemplaire de ce travail sera conservé au CDI du collège et un sera prochainement consultable à la bibliothèque municipale. Bertil Larsson est reparti dans sa ville de Trelleborg avec une copie qu’il souhaite faire traduire par les collégiens de sa bourgade.


Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République

Bruno Magras et Herve MaritonDécalage horaire oblige, les électeurs antillais ont massivement voté le samedi pour Nicolas Sarkozy au premier comme au second tour de l’élection présidentielle. Le maire Bruno Magras, représentant officiel de l’UMP sur l’île avait donné des consignes de vote claires entre les deux tours sur les ondes de radio St-Barth, demandant à ceux qui avaient voté pour le candidat de droite au premier tour de convaincre parents et amis de voter pour lui au deuxième scrutin. Il s’est déclaré content et rassuré quant à la poursuite de la mise en place du processus d’évolution statutaire.


Résultats du deuxième tour

  St-Barth St-Martin Guadeloupe
Inscrits 4 709 15 523 303 222
Votants 3328 7 478 198 505
Taux de participation 70,6% 48,17% 61,95%
Nicolas Sarkozy 2 516 voix - 77,73% 3 925 - 54,62% 92 321 - 49,17%
Ségolène Royal 721 voix - 22, 27% 3 260 - 45,37% 95 500 - 50,83%

Festival de théâtre

Malgré les difficultés récurrentes rencontrées pour organiser une telle manifestation sur l’île, le festival de théâtre organisé du 4 au 13 mai a clôturé la saison culturelle. Pour cette sixième édition, Martine Simon, Corinne Duval, Nadège Emmanuellian et tous les acteurs de la compagnie SB Artists avaient préparé un magnifique programme. Six spectacles ont été proposés dans la salle du premier étage de la capitainerie et dans la salle paroissiale de Gustavia, en attendant la construction d’une véritable salle de spectacle promise par les élus depuis déjà quelques années. Arthur Jugnot et Cécilia Cara jouaient « La sœur de Jerry King » actuellement à l’affiche au théâtre des Mathurins à Paris, l’humoriste Jean-Jacques Vannier présentait « L’envol du pingouin » superbe one-man show mis en scène par François Rollin et nominé aux Molières. Enfin Jean David Stepler et Laurence Bussone interprétaient « Y’a des jours comme cela », une pièce policière contemporaine. Quant à la troupe SB Artists, les acteurs ont présenté « Joyeuse pagaille », un vaudeville écrit par Régis Porte, « Les pas perdus » de Denise Bonnal et « Blanc » d’Emmanuelle Marie. Les représentations tous les soirs à 20h15 comme la matinée le 8 mai ont été jouées à guichet fermé, juste récompense pour cette équipe de passionnés.

Jean et Jean-Michel Maulpoix

De gauche à droite au premier rang: Jean David Stepler, Laurence Bussone, Cécilia Cara et Arthur Jugnot
Derrière: Corinne Duval, Martine Simon, Nadège Emmanuellian et Fred l'éclairagiste

  A Bientôt

  Cécile Lucot

space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur