Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    D’origine bordelaise, Cécile Lucot vit à St-Barth depuis dix ans. Après avoir été rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans, elle a travaillé pour le quotidien d’informations locales Today. Elle écrit régulièrement pour différents magazines et présente une à deux fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des quinze derniers jours.
  10 Mai 2006 - #59
books Journée mondiale du livre

Les visiteurs n’ont pas cessé d’affluer à cette première journée mondiale du livre organisée dimanche 23 avril sur le parvis de l’hôtel de ville par deux amis passionnés de littérature, Didier Bensa, directeur du Christopher Hôtel et Jean-Pierre Hennequet, propriétaire d’une galerie d’art. Au programme, un stand "bourse d’échange de livres" qui n’a pas désempli de toute la matinée, les librairies Funny Face Bookstore et Barnes venues présenter leurs plus beaux ouvrages, un atelier écriture qui proposait aux enfants de mettre en dessins des mots, les écrivains locaux qui ont dédicacé leurs œuvres et les artistes de la troupe SB Artists qui ont fait, assis dans l’herbe des jardins de la mairie, la lecture de morceaux choisis tirés des ouvrages des auteurs de l’île. Une belle réussite, montrant l’intérêt de la population pour le livre et motivant les initiateurs de l’événement qui réfléchissent à l’organisation de la deuxième édition.

books Festival du cinéma Caraïbe

Pour ce onzième St-Barth Film Festival du 25 au 30 avril sur le plateau de l’AJOE, Ellen Lampert Gréaux, son mari Rosemond et Joshua Harrison ont réuni quatre courts-métrages et cinq longs-métrages dont « Viva Cuba » un film de Juan Carlos Cremata et Iraida Malberi projeté en avant-première (sortie sur les écrans français le 31 mai 2006) et « Havana Blues » de Benito Zambrano sélectionné pour le festival de Cannes 2005. Une vingtaine de professionnels du cinéma, la plupart natifs de la Caraïbe, avaient été conviés à présenter les films et animer des débats à l’issue des projections. Nouveauté de cette édition, la programmation de deux moyens-métrages abordant le monde de la mer à travers les aventures de personnages attachants. Seul regret, que le festival ne dure pas plus longtemps!

space
transat Transat ag2r - Concarneau-St-Barth

Vingt-huit voiliers identiques ont pris le départ de cette course transatlantique le 9 avril dernier pour 3710 milles de compétition acharnée. Partis de Concarneau, charmant petit port breton, les Figaro Bénéteau de 10,15 mètres de long et leurs équipages en double, ont d’abord viré une marque mouillée devant l’archipel de Madère avant de foncer sur St-Barth. Une météo peu clémente dans le golfe de Gascogne a obligé trois navires à abandonner, une pièce maîtresse de leurs bateaux ayant cassé sans espoir de réparation en pleine mer. Au petit jour, le duo Kito de Pavant et Pietro d’Ali sur Groupe Bel a franchi la ligne d’arrivée installée devant la mairie samedi 29 avril à 5 h 57 min 30 sec, remportant cette huitième édition de la course au terme de 19 jours 22 h 24 min et 30 sec de navigation la plupart du temps sous spi, au vent portant. Ils pulvérisent ainsi le record de rapidité de la traversée détenu par Armel Le Cléac’h et Nicolas Troussel, vainqueurs de la Transat 2004 en 20 jours 8 h et 49 mn. Les arrivées se sont succédées jusqu’au dimanche soir dans une ambiance de liesse, certains bateaux passant la ligne avec seulement quelques centaines de mètres d’avance sur les suivants ! Sur le quai d’honneur, l’équipe du St-Barth Yacht Club avait installé le village de la Transat pour une semaine d’animations et de festivités qui s’est achevée vendredi soir 5 mai par la très officielle remise des prix de la course.

space
  Semaine des cétacés
space

Du 18 au 25 avril, les membres de la réserve marine organisaient une semaine de sensibilisation aux milieux marins dont le thème était consacré cette année aux cétacés. Pour l’occasion, une exposition très complète présentait l’univers de ces mammifères marins en voie de disparition au rez-de-chaussée de la nouvelle capitainerie, inaugurée le 22 par le Préfet de la Guadeloupe Paul Girot de Langlade et le maire Bruno Magras. Pierre Henry Fontaine, professeur de biologie et cétologue réputé a animé tous les soirs de passionnantes conférences publiques et gratuites. Des sorties en mer étaient proposées sur le bateau de Caroline et Renato Rinaldi afin d’observer les baleines à bosses qui passent le long des cotes de l’île de janvier à mai. Le couple est membre fondateur de l’association Evasion Tropicale basée en Guadeloupe dont l’objectif est d’étudier et recenser les baleines et les tortues marine dans la Caraïbe. On estime que 90% de la population des grands cétacés a disparu suite à une chasse abusive qui s’est arrêtée en 1935 faute de mammifères à pêcher. 28 espèces différentes ont été recensées dans la mer des Caraïbes, une région du monde dans laquelle ces animaux migrent pour se reproduire. Alors que la France s’est toujours opposée à la reprise de la chasse, certains petits états tels St-Kitts, St-Lucie ou encore la Dominique militent pour la reprise de cette pêche qu’ils pratiquent régulièrement, soutenus par le Japon et la Norvège dont des bateaux ratissent toujours les fonds de la mer des Antilles. Évasion Tropicale est à l’origine d’une pétition qui a déjà recueilli plus de 3000 signatures pour tenter d’empêcher la reprise de la chasse à la baleine. L’association, reconnue au niveau international pour le sérieux de ces travaux depuis 1992, milite pour la création d’un sanctuaire baleinier et conduit un projet pilote pour les Nations Unies sur l’étude et l’amélioration des connaissances des mammifères marins dans la Caraïbe.

space

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur