Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D’origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement reporter pour le quotidien d’informations locales Today et collabore régulièrement avec divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical. Cécile présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des 15 derniers jours.
  22 Septembre 2005 - #48

Le toit de la vigie de la nouvelle capitainerie

La construction de la nouvelle capitainerie est en cours d’achèvement. Située à la même place que la précédente, quai Général de Gaulle, face à l’office du tourisme, elle fait partie d’un imposant bâtiment dont la portion droite est constituée d’une longue salle rectangulaire de 189 m2 en premier étage, avec balcon et terrasse, destinée aux réceptions. L’entrée dans l’édifice s’effectue par une porte centrale intégrée dans une façade de verre dans laquelle se reflètent les couleurs de la mer.

L’équipe du port, longtemps à l ‘étroit dans les anciens locaux devrait emménager dans ce nouvel espace à la mi-novembre. D’après les plans, le rez-de-chaussée est réservé à un espace d’accueil des usagers et à un local de rangement pour le matériel. Au premier les bureaux et au-dessus, une vigie réservée au personnel de la capitainerie et permettant d’avoir une vue d’ensemble sur le port.

Pour chapeauter cette vigie, les cabinets d’architectes Monsaingeon et Stouvenot, qui ont travaillé en association pour dessiner les plans du bâtiment, ont imaginé un dôme, élément contemporain qui rappelle le monde de la mer dans une structure à l’architecture traditionnelle avec son toit recouvert d’essentes. Pour la mise au point technique de ce projet inédit (il n’en existe pas d’autre comme celui-ci à travers le monde) Pierre Monsaingeon a fait appel à Olivier Petit, un architecte naval spécialiste des voiliers de course, à l’origine de la construction de nombreux bateaux dont le monocoque avec lequel Titouan Lamazou a remporté la première édition du Vendée Globe Challenge. Quant à la réalisation de la coupole, elle a été confiée au chantier naval de Larros à Gujan-Mestras, petite bourgade du bassin d’Arcachon à une soixantaine de kilomètres de Bordeaux. Ce chantier, spécialisé dans la construction des bateaux de compétition, vient de réaliser pour le navigateur Yves Parlier, l’hydraplaneur, un catamaran de 60 pieds gréé de deux mats-ailes.

Les concepteurs de ce dôme l’ont surnommé « le freesbee » certainement à cause de ses caractéristiques (forme, solidité et légèreté) similaires à celles du jeu bien connu. 6,80 mètres de diamètre pour un poids d’une tonne à peine, « le freesbee » a été réalisé comme une coque de bateau, en matériaux composites stratifiés alternant couches de fibres de verre et balsa. Après cinq mois de fabrication, la coupole a traversé l’Atlantique, bien emballée dans un container, pour arriver sans dommage à Saint-Barth samedi 10 septembre. La matinée du lundi a été consacrée à l’assemblage des deux parties égales, à terre, sur le quai Général de Gaulle. La grue de Batibarth a ensuite soulevé le « freesbee » pour le poser délicatement en quelques minutes sur les huit piliers de bois qui le soutiennent. La vigie, désormais abritée des colères du ciel, forme une pièce couverte mais non fermée vers laquelle on accède par un escalier des bureaux de la capitainerie. En cas de cyclone, les architectures ont prévu, comme sur un bateau, le renforcement du dôme par un câble et un ridoir.

Reste les finitions à réaliser. À l’intérieur du bâtiment, peintures, pose des carrelages, des balcons et des terrasses de la salle de réception et aménagements des bureaux de la capitainerie. À l’extérieur, le quai d’honneur sera pavé de dalles de granit en octobre et de nouveaux services devraient venir compléter l’accès à l’eau et à l’électricité. En effet, les cinq bornes déjà en place et auxquelles peuvent se raccorder dix bateaux devraient donner accès au réseau téléphonique France Télécom, à l’internet haut débit et au bouquet de chaînes de Canal Satellite. Dans un futur proche, le directeur des services techniques municipaux m’a confié que ces bornes seraient également équipées d’un système de collecte des eaux usées.

Dernière nouvelle, l’annonce officielle hier de la ville de départ de la Transat ag2r, course transatlantique en Figaro Bénéteau qui a lieu tous les deux ans. Lorient, ville de départ depuis la première édition en 1989 laisse la place à Concarneau, magnifique cité bretonne. Départ de la course le 9 avril 2006 pour une arrivée à Saint-Barth fin avril 2006.

space

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur