Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D’origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement reporter pour le quotidien d’informations locales Today et collabore régulièrement avec divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical. Cécile présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des 15 derniers jours.
  8 Novembre 2004 - #31
  Vers une nouvelle réglementation des installations portuaires
space

Le «international ship and port facility security code » ou réglementation ISPS, a été élaboré par l’Organisation Maritime Internationale à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Les spécialistes du droit maritime international et tout particulièrement les Américains ont souhaité optimiser la protection des navires et des zones portuaires contre un acte de malveillance ou de terrorisme. Applicable depuis le 1er juillet 2004 dans tous les ports du monde, le code s’adresse aux types de bateaux suivants qui effectuent des voyages internationaux : les navires à passagers, y compris les engins à grande vitesse à passagers ; les navires à charge, y compris les engins à grande vitesse, à cargaisons d’une jauge brute égale ou supérieure à 500 et les unités mobiles de forages au large. Les installations portuaires fournissant des services à de tels navires sont également soumises aux normes ISPS. « L'international association of ports and harbors » (IAPH) fédère 230 ports dans 90 pays. L’association estime que 90% de ses membres répondent à ces nouvelles règles de sûreté et de sécurité. Parmi les 206 ports homologués répartis dans 45 pays, on compte 7 ports aux normes aux Etats Unis, 19 en Iran (surtout des sites pétroliers), 12 au Japon, 6 en Chine et 20 aux Philippines. En Europe, le Royaume-Uni, premier de la liste, revendique 22 ports homologués, l’Espagne 9 et la France 4 (Le Havre, Marseille, Bordeaux, Nantes). Quant à l’Allemagne, le Danemark et la Belgique, chacun de ces pays dispose d’un port en règle (Hambourg, Aarhus et Anvers). D’après l’OMI, les normes de sécurité portuaires sont en retard de trente ans par rapport à la réglementation mise en place dans les aéroports, une remise à niveau cependant difficile à organiser concrètement en quelques mois surtout dans des ports de la taille de celui de Saint-Barth.

Un « plan de sûreté et de sécurité des installations portuaires de Saint-Barth » vient d’être élaboré à la suite d’un audit mené par une société spécialisée. Il préconise la mise aux normes ISPS du port de commerce et du terminal de réception des passagers à Gustavia. Deux agents parmi le personnel du port ont suivi une formation d’une semaine. C’est un arrêté préfectoral qui a officiellement nommé Bruno Gréaux et Ernest Brin « agent de sûreté des installations portuaires  de Saint-Barth ». chacun pénalement responsable des installations. Pour être en conformité avec ce nouveau code, le port de commerce devra être clôturé. Une dizaine de caméras de surveillance ont déjà été installées cet été. Un système de filtrage des personnes qui auront le droit de pénétrer dans l’enceinte du port devra également être mis en place. Le temps où l’on pouvait venir pêcher le coulirou en bordure de quai tout en observant le déchargement des marchandises est définitivement révolu. Pour le terminal de débarquement des passagers, ce plan confidentiel préconise un fonctionnement semblable à celui de l’aéroport avec dans ce cas un système de barrières pour que les passagers qui arrivent ne puissent pas se mélanger avec ceux qui repartent. Si les ferrys qui font du transport de passagers d’un port français à un autre port français (entre Saint-Barth et Saint-Martin par exemple) à moins de 20 milles nautiques des côtes, ne sont, pour l’instant, pas soumis à ces nouvelles conventions qui leur seront applicables d’ici un ou deux ans, il n’en est pas de même pour les mégayachts qui font régulièrement escale à Saint-Barth. La majeure partie des 250 bateaux, voiliers et bateaux à moteur, qui passent les fêtes de fin d’année dans la rade de Gustavia est concernée. Beaucoup ont déjà fait les travaux nécessaires comme l’installation d’une caméra supplémentaire au niveau des chaînes de mouillage. Le plan de sûreté et de sécurité des installations portuaires de Saint-Barth  vient d’être remis à la commune, gestionnaire du port et aux deux agents de sûreté des installations portuaires. Tous réfléchissent à l’application au mieux et au plus vite de ces nouvelles règles dont une des conséquences est un investissement financier important pour la collectivité en moyens techniques et humains.

space

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur