Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D’origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement reporter pour le quotidien d’informations locales Today et collabore régulièrement avec divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical. Cécile présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des 15 derniers jours.
  7 juillet 2004 - #24
  Visite d’une délégation de sénateurs et de la Ministre de l’Outre-mer
space

bruno & brigitteMercredi 30 juin, une délégation de sénateurs du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen a passé une matinée dans l’île. Jacques Pelletier, sénateur de l’Aisne et président du groupe RDSE et Gilbert Barbier sénateur du Jura accompagnaient Dominique Larifla, sénateur de Guadeloupe et Rodolphe Désiré Sénateur de Martinique dont les mandats arrivent prochainement à échéance. Venus soutenir leurs homologues guadeloupéen et martiniquais, les deux sénateurs métropolitains ont rencontré les présidents du conseil général et du conseil régional des deux départements antillais avant de venir passer une journée dans les Iles du Nord. Après une réunion de travail avec Bruno Magras et ses adjoints, les sénateurs se sont envolés pour Saint-Martin. Le thème des discussions a porté sur l’évolution statutaire des Iles du Nord. Jacques Pelletier est convaincu que Saint-Barth et Saint-Martin doivent se doter d’un statut juridique particulier. Il a déclaré qu’il inciterait la commission des lois du Sénat qui aura à étudier les projets de lois organiques instituant les deux collectivités d’outre-mer à venir se rendre compte sur place.

Plus de deux cents personnes étaient à l’aéroport samedi 3 juillet pour souhaiter la bienvenue à Brigitte Girardin Ministre de l’Outre-mer. Pour l’occasion, l’aérogare avait été décoré de drapeaux aux couleurs de la France. Dans le Puma qui l’amenait de Saint-Martin, Brigitte Girardin était accompagnée de Lucette Michaud-Chevry et du Préfet de la Guadeloupe Dominique Vian. La délégation ministérielle était composée d’Hélène Camouilly sa chargée de communication, Stéphane Diémert, conseiller pour les affaires juridiques au ministère de l’Outre-mer et Richard Didier, conseiller chargé de l’Outre-mer auprès du Président de la République. Venant de Paris, la Ministre était arrivée à Saint-Martin le 1er juillet pour rencontrer les autorités politiques Saint-Martinoises et leur présenter le calendrier d’examen du projet de loi d’évolution statutaire de leur île.

Accueillie par Bruno Magras et ses adjoints, la Ministre s’est prêtée au traditionnel bain de foule. À sa sortie de l’aéroport, elle a déposé une gerbe au monument aux morts à Gustavia avant de se rendre en mairie pour une réunion de travail à huis clos avec le conseil municipal réuni en commission générale. La salle du conseil est cependant restée ouverte au public le temps des allocutions de Brigitte Girardin et de Bruno Magras, deux discours qui ont été retransmis en direct sur les ondes de radio Saint-Barth. Brigitte Girardin a annoncé que le projet de loi instituant la nouvelle collectivité d’Outre-mer devrait être soumis pour avis aux élus avant la fin de l’année, un texte qui reprendra le document adopté par le conseil municipal.

Après examen en Conseil d’Etat, le projet de loi organique devra faire l’objet d’une délibération en Conseil des Ministres. Il sera ensuite discuté et adopté par l’Assemblée Nationale avant d’être présenté au Sénat puis aux sages du Conseil Constitutionnel. Faute de maîtriser le calendrier des lois examinées par le Parlement, la Ministre espère faire adopter le projet de loi sur Saint-Barth au plus tard au printemps 2005, ce qui permettrait la mise en place de la nouvelle collectivité et l’élection des nouvelles assemblées avant l’été.

Dans son discours, Brigitte Girardin a tenu à aborder la question fiscale en déclarant que « en aucune façon la dévolution d’un pouvoir normatif aux autorités locales en matière fiscale ne pourra conduire à l’instauration de je ne sais quel paradis fiscal : l’Etat conservera en effet la pleine maîtrise des droits bancaire, commercial et pénal ainsi que celui de la recherche et de la constatation des infractions sans lesquels il ne saurait exister de paradis fiscal. Les accords internationaux relatifs à la lutte contre le blanchiment continueront à s’appliquer de même que la législation de l’Union Européenne…Le pouvoir donné à la collectivité nouvelle de fixer l’assiette et le taux des impositions s’exercera naturellement dans le triple respect de la Constitution, de la convention fiscale qui sera conclue avec l’Etat pour éviter toute forme d’évasion et de la nécessité d’assurer à la collectivité des moyens nécessaires à son fonctionnement. »

Après un déjeuner à l’Isle de France, le maire a accompagné la Ministre à son hôtel, le Guanahani, en s’arrêtant au météosite qui domine la rade de Gustavia. À 19 heures, Brigitte Girardin est revenue à l’hôtel de ville pour un cocktail avec la population. À son arrivée, la chorale des Bons Chœurs a chanté « l’Hymne à Saint-Barthélemy ». Brigitte Girardin est ensuite passée de groupes en groupes, attentive aux paroles de chacun.

Dimanche, journée privée et pique-nique en bateau dans la baie de Colombier. Une promenade qui a été écourtée par l’arrivée d’une onde tropicale pluvieuse qui l’a obligée à rentrer à terre plus vite que prévu.

Lundi réunion avec les socioprofessionnels au Guanahani à 10h30 puis déjeuner à l’hôtel avant de reprendre l’avion pour Paris via Saint-Martin.

space

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur