Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D’origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement reporter pour le quotidien d’informations locales Today et collabore régulièrement avec divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical. Cécile présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des 15 derniers jours.

  20 avril 2004 - #20

  Départ de la Transat ag2r Lorient-Saint-Barth

space

transatLa Transat ag2r est une course transatlantique qui part de Lorient, en Bretagne, pour arriver à Saint-Barth après un arrêt dans l’île de Madère. Unique transat à armes égales organisée tous les deux ans, les équipages en double naviguent sur le même monocoque, un Figaro, construit par le chantier Bénéteau. Le voilier, dessiné par l’architecte Marc Lombard, mesure 10,10 mètres. Même accastillage, mêmes voiles et même équipement de sécurité, les navires sont équipés à l’identique. Élément crucial à maîtriser, la météo afin de choisir la bonne option de route. Une course toute en finesse où le facteur chance tient aussi une place importante.

Trente et un bateaux participent à cette septième édition dont le départ était fixé le 17 avril à 13 heures. Après l’annonce du passage de deux dépressions dans le golfe de Gascogne dans les jours suivants, le comité de course a décidé de repousser le départ au mercredi 21 avril. Une décision que les marins ont approuvée au regard des conditions qu’ils auraient eu à affronter, des vents de face de 50 nœuds en moyenne et des creux de 6 à 8 mètres. Les hommes et les bateaux, bien qu’habitués et taillés pour la mer, auraient eu du mal à supporter une navigation au près pendant plusieurs jours avec des vents aussi violents. 1105 milles séparent Lorient de Madère et les bateaux devraient mettre une petite semaine pour arriver à Funchal. Lors des précédentes éditions, un départ groupé pour Saint-Barth était donné 72 heures après l’arrivée du premier dans la baie de l’île Portugaise mais pour rattraper les jours de retard du départ de cette année, les Figaro ne feront que virer une bouée mouillée devant Madère et continueront leur traversée jusqu’à Saint-Barth. Une première pour ces monocoques qui n’avaient jusqu’à présent jamais traverser l’Atlantique d’une seule traite. Depuis l’arrivée du correspondant de radio Saint-Barth à Lorient mercredi 14 avril, reportages et interviews se succèdent sur les ondes des Iles du Nord et les populations des deux îles suivent les péripéties de la course assidûment.

Des équipages venus de Saint-Barth ont participé aux deux dernières édition de cette prestigieuse épreuve. En 2000, les duos Guillaume Barraud/Christopher Jonsson et Markku Harmala/Richard Lédée représentaient l’île par excellence. Ces derniers ont également participé à l’édition 2002 avec le tandem Luc Poupon et Jeff Lédée. Pour cette septième édition, pas de marins de Saint-Barth en course (beaucoup le regrettent dans l’île) mais toujours de grands noms de la voile tels Florence Arthaud qui fait équipe avec Lionel Péan et Marc Thiercelin qui navigue avec Eric Drouglazet. Au rang des équipages favoris de cette édition, on peut également citer les noms de jeunes loups aux dents longues comme Armel Le Cléac h et Nicolas Troussel, Erwan Tabarly (neveu d’Eric) et Jean-Luc Nélias, Pascal Bidegorry et Sidney Gavignet ainsi que Jérémie Beyou et Kito de Pavant. Les plus âgés et expérimentés Gildas Morvan et Dominic Vittet, Bruno Jourdren et Jean Christophe Mourniac ou encore Bertrand de Broc et Rodolphe Jacq (l’édition 2002 de la Transat ag2r a été remportée par Hervé Laurent et Rodolphe Jacq en 22 jours 13 heures 06 minutes et 55 secondes) sont aussi de redoutables concurrents. Parmi les trente et un équipages, un seul est entièrement féminin, le duo Jeanne Grégoire et Samantha Davies, une Anglaise qui a navigué avec Ellen Mac Arthur. Tous ces marins, spécialistes du Figaro, espèrent bien battre des records de vitesse, pour arriver les premiers à Saint-Barth, la compétition promet d’être serrée !

Comme pour chaque édition, les élèves des écoles de l’île vont suivre les aventures des équipages et des Figaro pendant leur traversée de l’Atlantique. L’attribution des bateaux pour chacune des classes a été effectuée par tirage au sort mercredi 14 avril à la bibliothèque municipale. Sous le regard du premier adjoint Yves Gréaux, Marielle Gréaux de l’Office Municipal du Tourisme a demandé à tour de rôle à la dizaine d’enfants présents de tirer un petit papier sur lequel était inscrit le nom d’un bateau. Cette année, seule l’école Sainte-Marie de Colombier n’a pas souhaité faire participer ses élèves à cause d’un programme scolaire chargé et d’autres projets pédagogiques en cours. Chaque classe de maternelle des écoles de Gustavia et Lorient aura en charge un bateau tandis que les plus grands suivront deux bateaux par classe. Arrivée prévue des marins aux alentours du 10 mai dans la rade de Gustavia.

Pour suivre la Transat ag2r Lorient-Saint-Barth

www.transatag2r.com

space

  A Bientôt

  Cécile Lucot

  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur