Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D'origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement l'attaché de presse de Jeet Singh et de son groupe de rock Dragonfly. Cécile continue à écrire régulièrement dans divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical et présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l'actualité des 15 derniers jours.
  4 août 2003 - #4
  La nouvelle route du col de la Tourmente à l’aéroport bientôt en service
space
  Après deux ans de travaux, le nouveau tronçon de route qui part du col de la Tourmente pour aller vers l’aéroport devrait être ouvert à la circulation en octobre prochain.
space
  Comme toutes les personnes qui passent par le col de la Tourmente, j’observe la progression du chantier pratiquement tous les jours. Depuis une petite semaine, on peut voir les ouvriers poser le revêtement en béton de cette nouvelle chaussée de six mètres de large qui a pour but de remplacer l’actuelle route départementale. Résumé du projet.
space
  C’est à la demande de l’aviation civile qui souhaitait sécuriser l’atterrissage des avions que le conseil général, responsable des routes départementales de l’île (soit 80% du réseau routier de St-Barth), a entrepris d’abaisser le col de la Tourmente de 3,50 mètres et de déplacer de 35 mètres vers le morne ce morceau de route situé entre le col de la Tourmente et la sortie du parking de l’aéroport.
space
  La première phase des travaux a démarré en octobre 2001 par l’arasement du morne. En quelques semaines 4000 m3 de roches et de terre ont été enlevés et entreposés à St-Jean près de la caserne des sapeurs-pompiers. Afin de répondre aux exigences de l’aviation civile, le nouveau tracé de la route nécessitait de creuser au point le plus haut du col à 1,80 m de profondeur. Après le déblaiement d'une couche assez friable, les travaux ont été ralentis par une veine de roche bleue qui a dû être extraite à l’aide d’explosifs. Ni la roche bleue ni l’utilisation d’explosifs n’ayant été prévues, l'entreprise guadeloupéenne Gaddarkhan, attributaire du marché, a alors effectué les démarches nécessaires pour obtenir les autorisations préfectorales obligatoires avant l’utilisation d’explosifs. Le temps que la préfecture donne les autorisations et qu’elles soient notifiées à l’entreprise en charge des travaux, l’extraction a été réalisée au mois de décembre. Pour des raisons que personne n’a vraiment voulu m’expliquer, les travaux se sont ensuite arrêtés pendant six mois. Certains évoquent des problèmes financiers au conseil général, d’autres parlent d’un problème d’évacuation de ces tonnes de déblais.
space
  Les travaux n’ont repris qu’au mois d’octobre 2002. Pendant cette interruption, la mairie a demandé au département la réduction des dimensions du rond-point et la modification de la pente de la nouvelle chaussée, la taille du projet élaboré par les ingénieurs du conseil général étant plus adapté au réseau routier métropolitain qu’à celui d’une petite île comme St-Barth. De son côté, le conseil général a fait face à un problème avec son fermier France Télécom. Avant le début des travaux, le département avait averti ses trois locataires France Télécom, EDF et la municipalité de St-Barth qu’ils allaient chacun, à leurs frais, devoir déplacer leur réseau, respectivement téléphonique, électrique et eau de ville, qui étaient installés au bord de l’ancienne route. Au moment voulu, les services techniques municipaux et EDF ont obtempéré. Mais une nouvelle fois le chantier a dû être arrêté plusieurs mois, France Télécom n’ayant pas décalé ses installations. Finalement, l’opérateur téléphonique a expliqué à son propriétaire qu’il n’était pas en mesure de prendre en charge financièrement un déplacement que le conseil général a lui aussi refusé de payer. Celui-ci a donc décidé de ne pas bouger les équipements de France Télécom et de modifier l’implantation initiale du rond-point. Inutile désormais de continuer à creuser le morne, un nouveau profilage de la route a été dessiné et l’excavation a été rebouchée. Les ouvriers ont ensuite entrepris un nouveau terrassement.
space
   Le responsable de la société Gaddarkhan comme les services routiers départementaux m’ont assuré tout faire pour que la route soit ouverte en début de saison touristique. La pose du revêtement en béton devrait être terminé d’ici quinze jours. Restera à raccorder ce nouveau tronçon à l’actuelle route, une cinquantaine de mètres après la sortie du parking de l’aéroport, une sortie que la municipalité souhaite sécuriser pour donner plus de visibilité à tous les conducteurs de véhicules qui quittent le parking. Quant à l’accès aux riverains et aux hangars de l’autre côté de l’aéroport, la question n’est pas encore tranchée. Le projet initial prévoyait la construction au niveau de l’entrée de cette petite voie d’une bretelle partant de la nouvelle route, mais il est question de faire une bretelle au niveau du rond-point et de réutiliser une partie de l’ancienne départementale.
space
  Après la mise en service du nouveau tronçon, la partie du terrain qui se trouve entre la route actuelle et la nouvelle chaussée sera aplanie puis terrassée, des travaux qui termineront l’élargissement du col de la Tourmente. Des négociations sont en cours entre la mairie et le conseil général pour que les finitions de ce chantier incluent l’installation d’éclairages et la pose d’une barrière de sécurité en bois de chaque côté de la route ainsi que la construction d’un trottoir côté morne qui partirait du dispensaire et qui irait jusqu’à l’aéroport.
space
  À l’origine, le chantier avait été évalué à 1 million d’euros, les surcoûts sont en cours d’estimation.
space
space
  A Bientôt
space
  Cécile Lucot
  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur