Les Nouvelles
- bimensuelles -
Par Cécile Lucot
    Cécile Lucot vit à St-Barth depuis neuf ans. D’origine bordelaise, cette journaliste professionnelle a été la rédactrice en chef du St-Barth Magazine pendant six ans. Elle est actuellement reporter pour le quotidien d’informations locales Today et collabore régulièrement avec divers magazines comme Mer Caraïbes et Tropical. Cécile présente 1 à 2 fois par mois sur St. Barth Online une synthèse de l’actualité des 15 derniers jours.
  5 décembre 2003 - #11
   Consultation populaire le 7 décembre
space

La campagne de communication organisée par les élus pour l’évolution statutaire de l’île s’est transformée depuis le lundi 24 novembre en une campagne électorale. En effet dans le cadre de la consultation populaire du 7 décembre, comme pour une élection, une campagne électorale de 12 jours précède le vote des électeurs. Deux groupements habilités par la commission de contrôle de la consultation font actuellement campagne. « Saint-Barth en Avant » regroupe le maire et les conseillers municipaux élus sur la liste que Bruno Magras menait lors des dernières élections municipales. Le « Groupement pour la Reconnaissance Statutaire » réunit les quatre conseillers municipaux des listes d’opposition élus en mars 2001. Les deux groupes appellent les électeurs à voter « oui » à la question suivante : « Approuvez-vous le projet de création à Saint-Barthélemy d’une collectivité territoriale d’outre-mer régie par l’article 74 de la Constitution, se substituant à la commune, au département et à la région et dont le statut sera défini par une loi organique qui déterminera notamment les compétences de la collectivité et les conditions dans lesquelles les lois et règlements y sont applicables ? »

Des affiches ont été collées sur les panneaux d’affichage officiels situés à proximité des bureaux de vote de Gustavia, Lorient et Colombier et tous les électeurs ont reçu par voie postale cette semaine une enveloppe contenant les lettres circulaires de chaque groupement. Sur les ondes de radio Saint-Barth, tous les jours, des personnalités de l’île sont interviewées et expliquent leur choix de voter « oui » à l’évolution statutaire de l’île. Même Rémy de Haenen qui vit sur l’île de Saint-Domingue depuis plus de dix ans est arrivé le 3 décembre afin d’apporter son appui au groupe « Saint-Barth en Avant ». Rappelons que l’ancien pilote d’avion a été maire de Saint-Barth de 1966 à 1977 et qu’il a été le premier a prôné un statut particulier pour Saint-Barth, « une idée bien difficile à faire admettre déjà à mon époque » nous a-t-il confié.

Le seul à appeler à voter « non » est le conseiller régional Nordleing Magras qui est convaincu qu’un détachement de la Guadeloupe dans le cadre de l’article 73 est suffisant. Il dénonce également l’injustice de la fiscalité indirecte qui sera instituée en cas de création de collectivité d’outre-mer. Il vient d’ailleurs de rendre sa carte de l’UMP, déçu de l’action du gouvernement du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Ce dimanche 7 décembre, les électeurs de Saint-Barth devront voter deux fois, dans deux salles de vote différentes pour qu’il n’y ait pas de malheureuse confusion. Premier bulletin à déposer dans l’urne pour voter pour ou contre l’évolution de Saint-Barth. Deuxième bulletin pour décider de l’évolution de l’archipel de la Guadeloupe en une collectivité territoriale régie par l’article 73 de la Constitution avec possibilité de création d’une assemblée unique se substituant aux assemblées départementale et régionale. Résultats dans ma prochaine chronique.

space
  A Bientôt
space
  Cécile Lucot
  
space
  Nouvelles & Commentaires     Archives     Guide du Visiteur