St. Barths Online

Villes et lieux dits

Gustavia

Gustavia à St Barth

Disposée en fer à cheval autour d'une rade aux allure de chenal bien protégée et surveillée par quatre forts aujourd'hui en ruine, Gustavia affiche clairement la vocation portuaire qui fut sa raison d'être historique. Appelée port Carénage aux premières heures de la colonisation, rebaptisée par le Suédois en hommage à leur roi Gustav III à partir de 1785, Gustavia a toujours été un centre de ravitaillement et d'échanges commerciaux affichant une certaine neutralité. Ainsi, durant les guerres coloniales qui ont déchiré les Caraïbes à la fin du XVIIIe siècle, un capitaine pouvait y vendre son butin de guerre en même temps qu'il réapprovisionnait son navire. Disposés autour d'un port franc fréquenté par des vaisseaux arborant tous les pavillons possibles, les entrepôts débordaient alors de marchandises, dans une cité prospère de près de 5000 habitants.

Gustavia à St Barth

Si elle ne compte plus aujourd'hui que 3100 habitants (recensement de 2005), Gustavia reste autant tournée sur son port et conserve cette tradition des affaires héritée de son passé. Certes, hi-fi et produits de luxe ont remplacé armes et vivres dans les entrepôts, et les goélettes chargées de bétail en transit vers la Martinique ont fait place sur les quais à des voiliers de plaisance et à des yachts. Malgré cette fortune, Gustavia a su conserver son charme d'antan et sa simplicité; les Saint-Barths, soucieux de leur patrimoine autant que de leurs intérêts, ont en effet vite compris que l'authenticité pouvait être le comble du luxe.

Gustavia à St Barth

Gustavia à St Barth

Gustavia à St Barth

Dès lors, il fait bon flâner en ville entre les vitrines de bijoutiers ou de grands couturiers, les façades blanches des anciennes maisons en bois toujours fraîches et les élégantes demeures coloniales abritant les principales administrations (l'hôtel de la collectivité, la gendarmerie, le palais de justice). Il est agréable aussi de traîner à la terrasse des cafés en vogue en quête d'un VIP en goguette, ou encore de déambuler le long des quais sous l'œil goguenard des pélicans, émerveillé comme un gosse par l'insolente beauté des jouets de milliardaires ici amarrés en nombre. De l'autre côté de la rade, à l'opposé de la rue du Bord-de-Mer où se concentre l'activité touristique, la zone des entrepôts est toujours bornée par le Wall House: ce témoin des anciens docks abrite un musée (le seul de l'île avec celui du Coquillage de Corossol) dédié à l'histoire et à la culture de Saint-Barthélemy.

Gustavia à St Barth

Gustavia à St Barth

Le charme de cette capitale-village doit beaucoup à son habitat, qui rappelle par petites touches la présence suédoise: une ravissante église anglicane au clocher en bois par-ci, quelques maisons dutch style par-là, toujours parées de couleurs vives et reconnaissables à leurs bardages en bois horizontaux, ainsi qu'à leurs fenêtres à guillotine.

Gustavia à St Barth

Aux alentours de la ville, on ne manquera pas d'emprunter le sentier jalonné de cactus qui, au départ de la route de l'aéroport, conduit au fort Gustave. Construit en 1787 par les Suédois, celui-ci se situe au dessus d'un morne escarpé. Au milieu de ses ruines touchantes (remparts, guérite, poudrière, four à pain, etc.), on se prendra à rêver depuis le belvédère qui domine la rade de bateaux de pirates. Toujours à quelques encablures du port et accessible en quelques minutes par la route du morne Lurin, l'anse du Gouverneur offrira aux amateurs de nature sauvage une des plus belles plages de l'île, plus isolée et plus tranquille que Shell beach, la plage toute proche de centre ville.

Gustavia à St Barth

Saint-Jean

Cette baie était autrefois protégée des corsaires par une batterie de canons installée en son milieu. Depuis le début des années 1950, c’est l’hôtel Eden Rock, le premier de l’île, qui s’y trouve. Construit par Rémy de Haenen, un aventurier et un pionnier de l'aviation dans les Caraïbes devenu maire de 1962 à 1977, cet hôtel fréquenté par M. Rockfeller a sans doute fortement contribué à promouvoir l’île auprès de la clientèle américaine.

 

Saint-Jean n’est pas seulement un lieu de passage, puisque ce quartier de l’île abrite, outre ses commerces de grande renommée, de magnifiques villas, hôtels et de très bons restaurants.

 

A l’entrée de la piste d’atterrissage de l’aéroport Gustav III se trouve une très jolie plage. La partie de plage qui prolonge la piste d’atterrissage est formellement interdite d’accès.

 

Sur les hauteurs, des hôtels de luxe, de jolies villas cachées dans la verdure, une impression de propreté fleurie. De Saint-Jean, vous pouvez soit rejoindre Gustavia soit vous dirigez vers Lorient par l’agréable route côtière qui offre de beaux points de vue.


Recherche sur le site


Publicité de qualité

Développer votre pouvoir de la publicité avec le n ° 1 à Saint-Barth.

En savoir plus »


 
Sponsors Officiels